Test de NBA 2K20 : Une simulation proche de la perfection mais une licence qui tend toujours vers le « Pay to Win »

Publicités

La saison de NBA vient de démarrer aux États-Unis. Regroupant les plus grandes stars du basket mondial, les Stephen Curry, LeBron James, Kevin Durant, Paul George et consorts vont encore faire vibrer les fans du monde entier pendant la saison régulière et les play-offs.

 

En attendant les matches du jour qui débutent à l’heure européenne en fin de soirée et dans la nuit, pourquoi ne pas se mettre dans l’ambiance en jouant à NBA 2K20.

Mais que vaut cette nouvelle mouture de la célèbre franchise de 2K Games et quelles sont les améliorations de cette version ?

 

Un niveau d’exigence toujours « au top »

La simulation de basket de 2K Games est une référence en matière de simulations de sports collectifs. Même le géant Electronic Arts et ses nombreuses franchises n’arrivent pas au niveau d’excellence de la série NBA 2K.

Cependant ce niveau, requiert de la part des développeurs de 2K Games de se remettre en question chaque année. L’opus précédent étant proche de la perfection, il était difficile de faire mieux. Alors les évolutions se révèlent être à la marge.

Au niveau du gameplay, toujours aussi proche de la réalité, les ajustements effectués se situent au niveau de la défense, des rebonds et des interceptions.

Quant aux graphismes, cinématiques et ambiance sonore, bienvenue dans un « show à l’américaine ». De la présentation des matches par des commentateurs malheureusement qu’anglophones, à la modélisation des visages des joueurs et l’ambiance dans le public, tout est fait pour plonger le joueur dans l’ambiance de la NBA.

Pour les équipes, le titre a mis à jour les équipes « All Time » avec des joueurs plus récents et il est désormais possible de jouer avec les joueuses de la WNBA, la ligue de basketball américaine féminine. Une évolution bienvenue de plus en plus présente dans les simulations sportives.

 

Le mode carrière reste néanmoins un « Pay to Win »

Ce mode s’ouvre sur un prélude qui présente un certain « Che » qui s’est sacrifié pour un coéquipier durant sa carrière universitaire. Ce scénario imaginé par LeBron James, est relativement courant dans le milieu du basketball universitaire américain mais a le mérite d’être présenté au grand public dans un jeu vidéo. Les questionnements du joueur sur sa vie de basketteur permettront de tenir en haleine les joueurs jusqu’à l’entrée en NBA.

C’est à ce moment-là que le titre dérape dans un système malheureusement trop utilisé dans les jeux vidéo. Pour faire progresser rapidement son joueur, il faut acheter de la monnaie virtuelle avec de la monnaie qui elle, est bien réelle. Eh oui ! il faut passer à la caisse, sinon le jeu ne permettra pas de faire évoluer le joueur aux standards de la NBA et celui-ci ne restera qu’un espoir et verra sa prometteuse carrière s’envoler.

En conclusion, si le jeu reste un incontournable des jeux de basket, d’autant plus que la concurrence est absente, avec un réel plaisir de jeu dans le mode saison avec votre équipe favorite que vous essayerez de mener à la victoire finale.

Le mode carrière risque de vous lasser si vous ne souhaitez pas dépenser plus d’argent que l’achat du jeu en lui-même. Il est peut-être temps de mettre fin au « Pay to Win » au risque de voir les joueurs se tourner vers des jeux moins gourmands en argent ou alors privilégient qu’un seul titre, cela serait d’autant plus dommageable, que la plupart des éditeurs, possèdent plusieurs gros titres dans leurs catalogues. À l’industrie vidéoludique de prendre ses responsabilités !



Catégories :Gaming

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :