« STOP aux violences familiales » la ville de Nîmes lance une nouvelle campagne d’information

Lors du premier confinement strict, les services d’urgences ont enregistré une hausse de 30% d’appels relatifs aux violences familiales.

Alertée et très inquiète par ce chiffre alarmant, la ville de Nîmes a souhaité lancé, face au deuxième confinement, une grande campagne d’information auprès de la population pour que les victimes, ainsi que toute personne témoin de violence intrafamiliale, connaissent les numéros d’urgence dédiés et les dispositifs de signalements existants.

« Les violences intrafamiliales, envers un conjoint ou un enfant, tendent à augmenter en période de crise, notamment avec les mesures de restriction de déplacement et de confinement mises en place en ce moment. C’est pourquoi je souhaite que la Ville facilite l’accès de chaque Nîmois et Nîmoise aux coordonnées des acteurs œuvrant dans l’aide immédiate aux victimes en cette période difficile » explique Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes.

« Conscient que derrière chacune des « voix qui murmurent » une personne est en danger, nous refusons d’accepter la violence familiale comme une fatalité contre laquelle nous ne pourrions agir » explique Mylène Mouton, conseillère déléguée au droit des femmes et à l’aide aux victimes. « Au moindre signe avant-coureur de violence familiale détecté, victimes comme témoins, doivent immédiatement pouvoir identifier à qui s’adresser ».

Issue d’un travail conjoint entre les différents acteurs de la prévention, cette campagne s’inscrit dans la politique de sécurité de la ville de Nîmes investie par Jean-Paul Fournier :
– création d’une délégation municipale, au droit des femmes, à l’égalité, à la lutte contre les discriminations et à l’aide aux victimes
– demande d’aides supplémentaires pour la lutte contre les violences faites aux femmes auprès de la ministre déléguée, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances :
o subventions pour les associations œuvrant dans ce secteur,
o capacités d’hébergement d’urgence pour les victimes de violences,
o candidature en tant que circonscription test dans la dotation de bracelet anti-rapprochement
o candidature pour devenir ville pilote du plan « Angela ».

Affichage public, distribution de dépliants, communication sur les supports digitaux et dans la presse, PLV dans les pharmacies nîmoises, la ville de Nîmes cherche à sensibiliser un maximum de personnes par cette campagne d’information grand public dont la distribution et l’affichage débuteront lundi 16 novembre.



Catégories :Gard

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :