Le programme de la cinquième édition du salon Nîmes Noir organisé par « Les amis de la librairie Diderot »

Pour sa cinquième édition, le salon Nîmes Noir a invité huit écrivains pour leurs romans qui font entrer l’Histoire dans leur récit. L’Histoire devient un support à l’imagination de l’écrivain et cela permet des mises en situation étonnantes, déroutantes, mais jamais anodines.

Outre la littérature, « Les amis de la librairie Diderot » mettront en avant la photo, le cinéma, la peinture et le théâtre.

Cette année sera décerné le premier prix du concours de nouvelles noires que l’association a organisée.

Le programme

  • Le mercredi 4 mars à 18 heures 30 au Prolé, rue Jean Reboul à Nîmes, vernissage de l’exposition de photos du Club « Art Image de Bellegarde » sur le thème « Nîmes et l’Histoire »

  • Le jeudi 5 mars à 20 heures 30, projection du film « Dans ses yeux » de Juan José Campanella au cinéma « Le Sémaphore », rue porte de France à Nîmes.

  • Le vendredi 6 mars à 19 heures, cartes blanches pour lectures noires à la maison du protestantisme au 3 rue Claude Brousson à Nîmes.

Patrick Armand, Philippe Chlous, Alexandre Civico et Michèle Pedinielli présenteront leurs livres et échangeront avec le public.

Lectures d’extraits pour illustrer leurs univers littéraire.

Séance dédicace.

Entrée libre.

 

  • Le samedi 7 mars à 11 heures au Prolé, rue Jean Reboul à Nîmes, apéro littéraire « La soif de lire ».

Quatre auteurs invités livreront leurs coups de cœur pour des romans qu’ils aiment particulièrement.

 

  • Le samedi 7 mars à 14 heures 30 à la maison du protestantisme, 3 rue Claude Brousson à Nîmes, atelier d’écriture animé par Philippe Chlous.

Gratuit sur inscription.

10 places maximum.

  • Le samedi 7 mars à 16 heures 30 à la maison du protestantisme, 3 rue Claude Brousson à Nîmes, vernissage de l’exposition de peintures avec « L’atelier Colors » sur le thème « Le noir de Soulages ». Visite guidée par Corinne Guiot.

Entrée libre.

 

  • Le samedi 7 mars à 17 heures 30 à la maison du protestantisme, 3 rue Claude Brousson à Nîmes, cartes blanches pour lectures noires.Jean-Pierre Cendron, Brigitte Joseph-Jeanneney, Éric Plamondon et Jean-Chrsitophe Tixier présenteront leurs livres et échangeront avec le public.

Lectures d’extraits pour illustrer leurs univers littéraire.

Séance dédicace.

Entrée libre.

 

  • Le samedi 7 mars à 20 heures, soirée à la maison du protestantisme, 3 rue Claude Brousson à Nîmes.

Un apéritif dégustation élaboré par un traiteur et ponctué d’intermèdes musicaux avec Tom Gareil, xylophoniste.

Participation 15 euros.

Réservation par téléphone au 04 66 67 96 03 ou par mail à librairie.diderot@orange.fr

 

  • Le dimanche 8 mars à 17 heures à la maison du théâtre et de la poésie, 30 rue boulevard du Sergent Triaire à Nîmes.

Lecture par Michel Boy des nouvelles primées par le jury du concours de nouvelles et remise des prix aux lauréats.

Entrée 15 euros

Réservation conseillée au 06 18 84 66 75

 

  • Le jeudi 12 mars à 19 heures à la maison théâtre des littératures à voix hautes, 26 rue de la république à Nîmes.

Lecture du livre de Jean-Bernard Pouy, « Spinoza encule Hegel » par les élèves du conservatoire (section théâtre) accompagnés par leur professeur Denis Lanoy.

Entrée 6 euros

Réservation conseillée au 04 66 62 06 66

 

Les auteurs invités

  • Patrick Amand: « Le manuscrit improbable » aux éditions du Caïman comprenant 266 pages au prix de 11 euros.

Le roman commence en janvier 1937 quand Louis Aragon vient frapper à la porte de La Mérigote, la maison de Jean-Richard Bloch, près de Poitiers. De cette rencontre naitra le quotidien « Ce soir ». Le 13 janvier 2017, le maire de Poitiers, décide de restaurer La Mérigote pour en faire un lieu culturel de sa ville et une résidence d’auteurs. Mais tout ne se passe pas aussi bien que prévu. Un journaliste va se retrouver au milieu de cet imbroglio historique, politique, littéraire et meurtrier.

  • Jean-Pierre Cendron : « Quelque chose d’absent qui me tourmente » aux éditions Elan Sud comprenant 330 pages au prix de 21 euros.

Ce roman contemporain nous ramène à la période noire de la guerre d’Algérie et ses conséquences, et se poursuit pendant la dictature en Argentine. 1962, l’armée annonce la mort de Julien dans les derniers jours de la guerre d’Algérie. Quarante ans plus tard, à Grambois, sa sœur Nathalie reçoit un appel téléphonique « vous direz à votre frère… » et tout commence, les événements se relient pour éclaircir progressivement le passé.

  • Philippe Chlous : « Les vents barbares » aux éditions La manufacture de livres comprenant 288 pages au prix de 18,90 euros.

C’est un roman historique qui se déroule de janvier 1920 à juillet 1921 dans une Russie déchirée par la guerre civile. Le baron Ungern Sternberg, russe blanc d’origine allemande, anti juif, anti bolchévik, anti occidentaliste, décide avec son armée hétéroclite de se lancer dans une guerre effroyable pour créer son empire autonome, une grande Mongolie, entre la Chine et la Russie.

  • Alexandre Civico : « Atmore Alabama » aux éditions Actes Sud comprenant 144 pages au prix de 16,50 euros.

Atmore, ville de l’État d’Alabama vit à l’heure du centième anniversaire de sa création. Un Français va passer cette journée avec trois femmes, Mae sa logeuse, Betty, la serveuse et Eve, jeune mexicaine qui se prostitue pour payer sa drogue. Que fait cet homme dans ce trou perdu d’Alabama, peuplé de « rednecks » racistes et armés jusqu’aux dents ? Pourquoi se rend-il régulièrement au pénitencier d’Holman, où est incarcéré le fils de Mae ?

  • Brigitte Joseph-Jeanneney : « Dans l’ombre d’Anshoe » aux éditions Cohen et Cohen comprenant 286 pages au prix de 23 euros.

« Dans l’ombre d’Anshoe » débute par le vol de deux masques africains très rares. Ronald, le propriétaire des masques mènera son enquête lui-même. Héritier d’une malle appartenant à son père Charles, forestier au Gabon, Ronald, outre les masques trouvera un journal qui nous plongera dans le monde des colons en Afrique durant les années trente.

  • Michèle Pedinielli : « Après les chiens » aux éditions L’Aube noire comprenant 247 pages au prix de 17,90 euros.

Collision de deux histoires. L’une en 1943 quand les juifs et autres pourchassés par le régime nazi cherchent à quitter la France, l’autre contemporaine quand un Erythréen inconnu et sans papiers est retrouvé mort après avoir été tabassé. Deux histoires qui n’ont rien à voir, dont les protagonistes ne sont pas les mêmes. Les seuls points communs sont les lieux, Nice et son arrière-pays et les passeurs bénévoles qui apportent leur aide à tous ces migrants.

  • Éric Plamondon : « Oyana » aux éditions Quidam éditeur comprenant 152 pages au prix de 16 euros.

Le 3 mai 2018, l’ETA, organisation indépendantiste basque proclame sa dissolution. Cette nouvelle agit comme un séisme dans la vie d’Oyana qui habite au Québec. Elle va ouvrir la porte aux souvenirs et notre héroïne va décider d’affronter ses fantômes. Elle se confesse et par là se délivre de son lourd secret en écrivant une lettre d’adieu à son mari auprès de qui elle vit depuis 23 ans avec le poids de la culpabilité. Mais « s’il est difficile de vivre, il est bien plus mal aisé d’expliquer sa vie ».

  • Jean-Christophe Tixier : « Les mals aimés » aux éditions Albin Michel comprenant 326 pages au prix de 19,50 euros.

C’est dans l’arrière-pays héraultais que prend place l’intrigue « des mals aimés », une terre pauvre et une communauté qui a longtemps pu améliorer son ordinaire grâce à un bagne pour enfants. Au tout début du 20e siècle, des années après la fermeture du bagne, des événements viennent troubler la vie de ce village qui dépérit. Des chèvres tombent malades, un homme se blesse mortellement. N’est-ce pas au fond que la fatalité du quotidien ou est-ce que tout cela pourrait avoir un rapport avec ce qui s’est passé des années auparavant ?

Tous ces ouvrages sont disponibles ou peuvent être commandés à la Librairie Diderot au 2 rue Emile Jamais à Nîmes et seront présentés lors de chaque rencontre.

Bon salon et bonne lecture !



Catégories :Culture, Gard

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :