Le Préfet du Gard a présidé la cérémonie commémorative du 76e anniversaire de la libération de Nîmes

Après la libération d’Alès et de toute la Cévenne, Nîmes voit approcher l’heure de la délivrance. Le 23 août 1944, la ville a subi, dans la nuit, son troisième bombardement. Peu d’Allemands restent en ville, la plupart se sont déplacés vers la vallée du Rhône, en abandonnant le matériel, vite récupéré par des Nîmois. La veille encore, il y a eu des accrochages. C’est alors qu’un groupe de résistants venus de plusieurs horizons arrive en ville pour prendre au piège les soldats allemands retranchés dans les Arènes.

Le 24 au matin, ils se déplacent dans la ville par petits groupes, occupent la caserne Montcalm, et, ironie de l’Histoire, c’est un soldat allemand rallié aux maquisards qui enlève le drapeau à croix gammée et le remplace par le drapeau tricolore. 

La joie peut désormais s’exprimer au grand jour et atteint son apogée lors du défilé du 4 septembre 1944. 

Le Préfet du Gard, Didier Lauga, a présidé la cérémonie commémorative du 76e anniversaire de la libération de Nîmes en déposant une gerbe de fleurs au monument des martyrs de la Résistance en souvenir de ce moment forcément resté dans les mémoires des Nîmoises et des Nîmois qui l’ont vécu.



Catégories :Gard

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :