La BD « Tolkien : Éclairer les ténèbres » : le seigneur des anneaux, une œuvre autobiographique

Le premier film de la trilogie du seigneur des anneaux, est sorti le 19 décembre 2001. Ces trois films réalisés par Peter Jackson d’après l’œuvre de J. R. R. Tolkien ont remporté dix-sept Oscars sur trente nominations. Ces films ont marqué toute une nouvelle génération, mais que dire alors des romans qui ont bercé la jeunesse de leurs parents, au fil des aventures de Frodon Sacquet, Gandalf et Samsagace Gamegie.

J.R.R. Tolkien, n’a pas toujours été un vieux professeur d’Oxford, peaufinant avec sa pipe, son œuvre magistrale. En 1915, à l’âge de 23 ans, il part sur le front et participe à la bataille de la Somme qui fera 450 000 morts. L’horreur de cette guerre marquera l’écrivain et l’inspirera à créer son univers où se côtoient le bien et le mal, enchevêtrés de combats les plus violents, les uns que les autres.

Le Neuvième art, lui rend hommage par le biais d’une bande dessinée, scénarisée par Willy Duraffourg et dessinée par Giancarlo Caracuzzo. En lisant cet ouvrage, le lecteur comprend tout le cheminement de vie de l’auteur qui le conduit à écrire l’une des sagas les plus emblématiques des romans fantastiques. À l’instar de J. K. Rowling, romancière britannique comme lui, et écrivaine des romans Harry Potter, John Ronald Reuel Tolkien s’inspira de ses expériences heureuses et malheureuses pour écrire des histoires qu’il racontera à ses enfants.

Tous les personnages, les lieux, les fantômes, les « méchants », la Communauté de l’anneau, sont inspirés de sa propre vie. De son enfance dans de douces contrées, d’abord en Afrique du Sud puis dans la campagne britannique jusqu’au « fog » des grandes villes industrielles, cet amoureux des lettres et des langues, ne cessa d’écrire.

Puis la première guerre mondiale éclate, faisant ressurgir chez l’Homme ce qu’il y a de plus inhumains. Séparant les familles, les amis de toujours et détruisant à jamais l’esprit de ceux qui en survécurent.

Après en être ressorti vivant, il errait tel un mort-vivant, issu de ses récits, à la recherche de l’inspiration. Finalement, pour notre plus grand bonheur, c’est par les malheurs qu’il vécut, qu’il nous offrit l’une des plus belles aventures romanesques du XXe siècle.

La bande dessinée « Tolkien : Éclairer les ténèbres » est très bien dessinée, avec des détails illustrant parfaitement la vie difficile des poilus de la première Guerre mondiale. Les couleurs sombres, teintées de marrons sont présentes pour nous rappeler l’enfer de la boue et de la misère dans laquelle vivaient les soldats.

Cependant, la police utilisée dans certaines bulles, celles où les protagonistes lisent des correspondances qu’ils s’envoient est très difficile à lire. De plus, les nombreuses références aux ouvrages de Tolkien s’adressent à des fans absolus de ses écrits pour comprendre au final le cheminement intellectuel qui poussa l’auteur à éclairer les ténèbres.

La bande dessinée « Tolkien : Éclairer les ténèbres » est disponible aux éditions du soleil et comprend 80 pages.



Catégories :BD

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :