La BD « Django – Main de feu » : l’homme aux deux vies

La bande dessinée s’est souvent essayée au biopic d’artiste soit sur leur vie entière, soit sur une partie importante de leur vie, qui a bouleversé pour toujours celle-ci. Soit parce qu’elle l’a emmené vers des sommets ou alors plongé loin des projecteurs. Dans le cas de Django Reinhardt, le scénariste Salva Rubio et le dessinateur Efa ont décidé de consacrer un biopic sur la jeunesse du musicien prodige met en scène la passion et l’obstination de celui qui s’est toujours considéré comme le plus grand guitariste du monde.

 

La BD « Django – Main de feu »

Django – Main de feu par Efa Rubio © Dupuis 2021

 

Django Reinhardt est une légende, « celui qui réveille » est aussi né deux fois. Une première fois dans la neige, durant l’hiver 1910 dans une famille de nomades, la seconde à Saint-Ouen, près de Paris, à l’automne 1928, quand l’incendie de sa caravane lui mutila la main gauche.

Ce biopic consacré à la jeunesse du musicien prodige met en scène la passion et l’obstination de celui qui s’est toujours considéré comme le plus grand guitariste du monde.

Dans ce récit-partition, en découpant les cases comme des accords, le dessinateur anime la romance d’une vie (artistique et sentimentale) en vibrations aquarellées pour mieux accompagner le cheminement musical et technique de l’inventeur du jazz manouche.

Django – Main de feu par Efa Rubio © Dupuis 2021

De la musette au jazz, du violon au banjo puis à la guitare, la destinée de Django est celle de sa main de feu, habitée par le « duende* » qui brûle dans l’âme du musicien gitan.

 

Cet homme est un artiste, c’est un drôle de p’tit gars

L’homme, que dis-je l’artiste, est mort à 43 ans en 1953, pourtant il continue à marquer les générations actuelles par sa maîtrise de la musique, son inventivité (il a été l’un des pionniers dans la transposition du jazz à la guitare) et sa maîtrise dans un premier temps du banjo puis de la guitare.

Il continue ainsi d’être une source d’inspirations, si bien que le livre est préfacé par Thomas Dutronc.

Cette bande dessinée inspirée donc par la vie réelle de Django Reinhardt se lit à la manière d’une romance, d’un bout de vie, du cheminement d’un petit garçon sûr de lui et de son don, jusqu’à l’accomplissement de l’homme, celui qui ne renonce pas, inspiré par sa musique et par sa volonté de pouvoir rejouer malgré les difficultés. Il va changer d’instrument en délaissant le banjo, trop technique pour jouer sur une guitare, sa main droite qui est handicapée s’adaptant mieux à cet instrument, ce qui lui permis de donner à la guitare l’une de ses lettres de noblesse.

 

Des auteurs ayant plusieurs dons

Salvia Rubio est scénariste, écrivain et historien spécialisé dans des projets de type historique.

Finaliste du prestigieux prix SGAE Julio Alejandro, Salva Rubio a reçu de nombreuses récompenses comme scénariste.

En tant qu’écrivain, il a publié des œuvres originales et des adaptations. Il enseigne également le récit.

Comme scénariste de bandes dessinées, Monet, nomade de la lumière est son premier roman graphique.

Peintre et dessinateur amateur, Salva Rubio a aussi trouvé le temps de se mettre à la trompette de jazz.

Salvia Rubio – Django Main de feu par Efa Rubio © Dupuis 2021

Efa est né à Sabadell, en Espagne. À l’âge de 16 ans, il arrête ses études pour profiter… de la vie. En 1995 il réalise avec des amis son premier fanzine : Realitat Virtual. À partir de là, il travaille dans un studio de dessins animés et en parallèle comme illustrateur free- lance.

Il entre en bande dessinée grâce à une collaboration avec Toni Termens au scénario qui donnera en 2001 la série « Les Icariades ». En 2002, il se lance dans une série en solo, « Rodiguez ». En 2004, il publie « L’Âme du vin », album intimiste qu’il a scénarisé et dessiné. Entre 2007 et 2009, il dessine et colorie la série « Kia Ora ». En 2008, il rejoint l’équipe d’Alter Ego où il retrouve Mathieu Reynes qu’il avait croisé chez Paquet.

Efa – Django Main de feu par Efa Rubio © Dupuis 2021

La bande dessinée « Danjo – Main de feu » est disponible aux éditions Dupuis dans la collection « Aire Libre » et comprend 80 pages et contient un dossier documenté de 16 pages. Vous pouvez la commander chez votre libraire ou bédéiste préféré.

Je vous la recommande si vous souhaitez en découvrir plus sur un artiste qui marquera pour toujours la musique tzigane.

 

*N.D.L.R. : Le « duende » sert à désigner ces moments de grâce où l’artiste de flamenco prend tous les risques pour transcender les limites de son art.



Catégories :BD

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :