La BD « Algérie, une guerre française » : une œuvre en cinq volumes pour aborder « les événements » dans leur globalité

Publicités

Plus de cinquante ans après les accords d’Evian, la guerre d’Algérie reste un sujet sensible. Les écrits historiques ou autobiographiques abondent. En revanche, les récits de fiction restent relativement peu nombreux. Elle reste dans les mémoires de ceux qui l’ont connue comme un traumatisme.

L’histoire débute à Alger en octobre 1954. Une poignée d’hommes met au point les derniers préparatifs d’une opération militaire qui durera huit ans. Ils sont six. Six hommes pour gagner l’indépendance de leur pays. L’histoire les appellera les « Fils de la Toussaint ».

Les « événements d’Algérie », comme on les appelait pudiquement à l’époque, vont bouleverser le cours de l’existence d’un groupe d’écoliers aux origines diverses grandit dans l’Algérie plurielle. Ils sont fils de résistants, Pieds-noirs ou musulmans, tous unis par les liens très forts de l’enfance.

Philippe Richelle poursuit son exploration des méandres obscurs de l’histoire de France, après la collection « les mystères de La République », à travers une nouvelle série de bande dessinée illustrée par Alfio Buscaglia. Il a choisi de nous raconter les chroniques d’une guerre, le récit d’une déchirure.

Algérie, une guerre française est un récit passionnant, grand public, nourri aux meilleures sources documentaires, qui permet de mieux comprendre ces années noires de notre passé récent dont on s’évertue à dissimuler les cicatrices pourtant indélébiles.

Les dessins d’Alfio Buscaglia sont sobres, comme si dans chaque dessin, le lecteur pressentait les événements tragiques qui allaient se dérouler plus tard.

La taille également des dessins varient en fonction de l’action ou des émotions que le dessinateur veut transmettre.

Au niveau de la narration, il n’y a pas de longs dialogues ou monologues. Le texte est synthétisé pour le rendre compréhensible à tous les lecteurs.

Enfin, au niveau des couleurs, les passages se déroulant pendant la guerre d’Algérie sont sombres alors que la jeunesse des protagonistes est éclairée par des lumières éclatantes relevant l’insouciance des écoliers.

La bande dessinée « Algérie, une guerre française : derniers beaux jours », dont c’est le tome 1, est disponible aux éditions Glénat dans les thèmes Documentaire et Histoire et comprend 80 pages.



Catégories :Culture

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :