Jean-François Bertier : « J’accompagne une liste de jeunes pour Mauressargues »

Deux listes vont s’affronter sur la plus petite commune de l’agglomération Nîmoise qui se situe à distance égale d’Alès et de Nîmes : Agir ensemble pour Mauressargues (9 colistiers) et Faire vivre Mauressargues (11 colistiers) équipe du maire sortant Jean-François Bertier que nous avons rencontré. Pour cette commune de 167 habitants environ Le scrutin nominatif[1] est la règle.

Le Petit Gardois : Deux listes pour 167 habitants, quelle est la raison de cette division ?

Jean-François Bertier : « C’est un projet d’urbanisation du centre du village  qui a divisé la population au cours du mandat précédent. »

LPG : Un problème foncier donc ?

J-F. B : « Effectivement. En 2011 un gros propriétaire foncier est décédé et a légué ses terrains à la Maison Protestante de Nîmes. Ce terrain d’une superficie de 8000m² se trouve au centre du village. La commune a voulu avoir la maîtrise de ces terrains et a fait appel à l’Établissement Public Foncier Régional[2]. Dans la convention signée pour 8 ans avec cet établissement, nous avions obligation de construire des logements dont 25 % de logements sociaux. »

LPG : C’est l’appellation « logements sociaux » qui a suscité cette scission au sein du village ?

J-F. B : « Effectivement des personnes s’imaginent que vont débarquer des nouvelles familles « à problème ». Deux conseillers municipaux ont démissionné pour cette raison et ont créé une association « Hameauressargues ». Le nom en lui-même veut bien dire ce qu’il veut dire, c’est en quelque sorte « lever le pont-levis » et isoler le village. C’est une réaction que l’on peut peut-être comprendre de personnes qui vivent ici depuis très longtemps. Seulement voilà d’autres citoyens se sont installés depuis pas mal d’années, ont créé des chambres d’hôtes, avec d’autres habitants ils souhaitent que le village vive. »

 LPG : Pourtant les communes de moins de 3 500 habitants n’ont pas obligation de construire des logements sociaux ?

J-F. B : « C’est vrai. Cependant dans le PLH (Plan Local d’Habitation) signé avec Nîmes Métropole, il a été convenu de répartir les logements sociaux sur l’ensemble du territoire de la communauté d’agglomération. Nous avions envisagé la construction de 15 logements dont 3 ou 4 logements sociaux. Le projet consistait aussi à proposer des logements pour des personnes à mobilité réduite dont notamment les personnes âgées du village qui habitent dans des logements non adaptés. »

LPG : Cette opposition s’est exprimée dès le début du projet ?

J-F. B : « On a travaillé depuis longtemps sur ce projet avec un cahier des charges précis, y compris le financement. Cette étude a débuté avant la fin de mon mandat précédent. Tout le monde était informé sur le sens de ce qui serait réalisé. Seulement une fois élus, 2 conseillers qui habitent tout proche de ces terrains s’y sont opposés. »

LPG : Ils vous ont fait une proposition différente ?

J-F. B : « J’ai attendu un an 1 an pour qu’au bout du compte ils proposent un « olivarium villageois ». L’idée étant que chacun puisse planter un olivier afin de faire une « pressée » une fois par an. Le projet n’était pas viable ne serait-ce que par rapport au coût que représentent ces terrains en zone constructible. Finalement le conseil municipal a voté pour le projet de construction des logements en préservant 80 % de la zone en espaces verts, l’idée étant de recréer un centre du village, une nouvelle école, une halle pour les producteurs. »

LPG : Où en est le projet aujourd’hui ?

J-F. B : « Nous pensions que les logements pourraient financer le foncier communal. En réalité les propositions des bailleurs sociaux n’étaient pas à la hauteur de ce que nous attendions et engageait trop la commune. Nous avons donc décidé de racheter les terrains tels quels et d’abandonner le projet. »

LPG : Est-ce que votre liste envisage un autre projet pour ces terrains ?

J-F. B : « Nous allons faire un appel à projet d’intérêt communal et demander aux habitants d’y réfléchir et de faire des propositions. Il est vrai que le village manque de place de stationnement, on n’a pas d’aire de sport pour l’école, créer une place autour du micocoulier centenaire, il faudra prendre ces éléments en compte. »

LPG : Qu’est-ce qui vous incite à solliciter un nouveau mandat ?

J-F. B : « Je ne vous cache pas que j’avais bien envie de m’arrêter. 19 ans au service de sa commune c’est pas mal de temps investi, surtout en poursuivant une activité professionnelle. D’autre part les tensions suscitées par le projet foncier que j’ai évoqué durant le dernier mandat m’ont profondément affecté. Les 5 nouvelles personnes qui intègrent notre liste m’ont demandé de les accompagner, j’ai accepté mais en occupant une place d’adjoint. C’est mon adjointe Christine Lefevre qui sera premier magistrat. Je serai donc adjoint en conservant la délégation de Nîmes Métropole. On compte sur les jeunes pour avoir de nouvelles idées pour le village, les finances sont saines. »

LPG : Quels sont alors vos projets pour les 6 ans à venir ?

J-F B : « Un projet que nous avons initié et poursuivre : un bâtiment multimodal qui correspond à la demande des chasseurs pour qu’ils aient un local de découpe pour le gibier. Un espace d’entraînement sportif pour le tir à l’arc, et d’autres activités sportives. Le bâtiment correspondra aux règles de construction du village, le financement est bouclé, l’appel d’offres sera lancé après les élections. L’aménagement des parcelles situées en cœur de village en faisant appel aux habitants est aussi un engagement fort. »

LPG : Est-ce que dans un village les problématiques écologiques se posent différemment ?

J-F. B : « Il existe des financements pour isoler son logement, Nîmes métropole a mis en place un outil, un cadastre solaire[3] pour les personnes intéressées par la production d’énergie solaire. D’autre part nous faisons partie du conseil en énergie partagé de Nîmes métropole qui nous permet de faire des diagnostics sur les bâtiments, etc. La commune est là pour informer, accompagner. La commune peut aussi faire des économies sur l’éclairage public, nous allons nous y attacher. »

LPG : La communication et l’information municipale, cela fait partie de vos préoccupations ?

J-F. B : « Le conseil municipal siège 5 fois dans l’année. Entre le temps du compte rendu, de sa validation et de l’affichage, il est vrai qu’il se passe du temps avant l’affichage, ce que nous reproche l’autre liste. Nous allons réhabiliter le site internet de la commune pour être plus réactifs et donner une visibilité plus importante de ce qui se passe sur la commune pour mieux communiquer. »

LPG : Si vous aviez un vœu pour votre commune, à part bien entendu celui que votre liste arrive en tête ?

J-F. B : « Je pense que nous aurions pu établir une liste d’intérêt communal, c’est notre but et ce qui nous a portés. Il faut travailler sur l’émergence d’un projet qui convienne au plus grand nombre et qui fasse consensus sur notre commune. »

[1] Les suffrages sont décomptés individuellement par candidat, y compris en cas de candidature groupée, c’est-à-dire lorsque plusieurs candidats ont manifesté leur volonté de présenter leur candidature ensemble sur un même bulletin de vote. Pour être élu au premier tour de scrutin, le candidat doit recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal au quart de celui des électeurs inscrits sur les listes électorales. S’il est nécessaire de procéder à un second tour de scrutin, la majorité relative suffit, quel que soit le nombre de votants. En cas d’égalité de suffrages, le plus âgé des candidats est élu (art. L. 253).

[2] Un établissement public foncier est un établissement public à caractère industriel et commercial qui négocie et mène les procédures permettant de constituer des réserves foncières en amont de la phase de réalisation de projet d’aménagement public.

[3] https://www.nimes-metropole.fr/eco-citoyennete/cadastre-solaire.html



Catégories :Politique

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :