Daniel Richard : un programme écologique pour Nîmes

Tête de liste d’une coalition regroupant Génération écologie, Parti radical de gauche, Gauche Républicaine et Socialiste, Mouvement des Citoyens, TPNA (Tous Pour Notre Avenir), Cap 21 (Citoyenneté Action Participation pour le 21e siècle), EELV, (Europe Écologie Les Verts), PS (parti socialiste), LFI (La France Insoumise), Daniel Richard se présente comme un fédérateur non politique. Cependant le départ récent de Jean-Paul Boré (TPNA) vient de fissurer cette alliance.

« Notre alliance se fait avec des personnes qui partagent 80 % d’intérêts communs », aime à dire Daniel Richard. Visiblement les 20 % restant ont mis à mal cette coalition. Problème de positionnement sur la liste où non-adhésion totale au programme, Jean-Paul Boré décidera avec ses adhérents de la suite qu’il donnera pour ces élections. Daniel Richard s’exprimera sans doute sur ce premier clash. Pour l’heure il dévoile à notre journal quelques-unes des propositions qu’il compte mettre en œuvre avec son équipe. Du Social au transport, en passant par la circulation en ville, la cantine, et la tauromachie, le leader écologiste a répondu à nos questions.

Le Petit Gardois : Vous avez déclaré qu’il fallait engager des travaux dans les appartements des quartiers et du centre. Comptez-vous aller au-delà du projet de rénovation urbaine validé fin d’année dernière ?

Nous comptons mettre en place un grand programme style plan Marshall Bâtiments, pour les logements du centre-ville et des quartiers.

Nous souhaitons rendre les logements des quartiers et les bâtiments du centre-ville en économie énergétique, Daniel Richard argumente sa proposition. Ce que l’on veut faire est simple : Nîmes souffre du soleil et il faut prendre du soleil toute l’énergie qu’il nous donne et qui nous fait souffrir. Nous voulons permettre à la ville d’avoir une production d’énergie indépendante, autonome, sans passer par des coûts de délégation de service public ou de fournisseurs. Les contribuables nîmois seraient peu impactés car ces travaux seraient financés par des fonds européens et d’autres sources de financement. Nous allons faire le maximum le plus vite possible car à l’allure où le climat se dérègle, qui peut dire que la température n’aura pas augmenté de 2 degrés voir plus très rapidement ? Cet élément fort du programme serait même un gain de pouvoir d’achat pour les Nîmois car cette énergie à un coût beaucoup moins élevé précise-t-il.

Le Petit Gardois : Quelle serait votre politique sociale vis-à-vis des quartiers ?

Concernant le renforcement social des quartiers, le candidat trouve que depuis 25 ans d’équipe municipale, la pauvreté est toujours au même niveau. Deux quartiers de Nîmes font partie des plus pauvres de France et les problèmes sociaux sont immenses. Outre les problèmes d’isolation énergétique, il n’y a pas par exemple de jeux pour les enfants. On trouve un terrain de foot inadapté sans gazon, des espaces verts non entretenus, aucun point d’eau pour se désaltérer lors des grandes chaleurs. Daniel Richard estime que ces territoires sont dans une situation non républicaine où les populations y sont délaissées depuis toutes ces années.

Une remise à niveau s’impose : Il faut recréer le lien social dans les quartiers, par un renforcement des associations, une présence accrue des élus, des comités de quartier, des assemblées citoyennes, par la dynamisation des commerces et des marchés. Plusieurs solutions sont proposées comme la re-végétalisation des espaces, la mise en place de fontaines d’eau, et l’entretien de toutes ces améliorations. Les seuls créateurs d’emplois dans la société à venir, c’est l’écologie. Il faut remettre les quartiers en lien avec le centre-ville.

Le Petit Gardois : Que comptez-vous faire pour redynamiser le centre-ville ?

Daniel Richard est très critique sur l’urbanisation réalisée par l’équipe municipale en place : On a tout faux aujourd’hui. La ville depuis 25 ans a été gérée au hasard. Il a été créé des zones (ville active, centre commercial Mas des rosiers, Les costières, etc..) au hasard des promoteurs immobiliers et sans aucune vision. Chaque zone a tué l’autre. Résultat : il a été fait une ligne de bus qui ne relie pas les habitations, mais qui relie un centre-ville paupérisé à un hyper marché pour que les habitants du centre fassent leurs achats à l’hyper. Revoir le PLU (Plan Local d’Urbanisme) pour ne pas interdire, mais limiter fortement le développement urbain périphérique et commercial afin de revitaliser le centre et adapter une politique de transports, tels sont les chantiers envisagés par le candidat.

Le Petit Gardois : Justement pour les transports, le stationnement et la circulation en ville..? Le Parti Socialiste propose la gratuité des transports, vous êtes d’accord sur ce sujet ?

Daniel Richard propose d’interdire les véhicules de livraison polluants pour le dernier kilomètre. Il s’explique : La vente sur internet est en train de tuer les hypers et d’asphyxier le centre-ville par les livraisons « on line » qui mettent à mal tous les commerces. Au lieu d’utiliser des autoentrepreneurs ou d’exploiter les gens qui livrent, les grandes sociétés telle Amazon ont les moyens de s’équiper de véhicules électriques. Ce que l’on vise c’est la livraison non polluante du dernier kilomètre en centre-ville. Cette obligation sera commune à tous les commerces, ce sera la loi et personne ne pourra s’y soustraire.

Concernant le transport gratuit dans les transports en commun, une étude de faisabilité sera engagée et se fera, en fonction du constat établi. Enfin s’agissant du stationnement la délégation accordée à AGATE, société publique locale qui gère le stationnement reviendrait en gestion directe à la mairie.

Le Petit Gardois : Vous évoquez souvent la multiplicité des délégations de service public. Pourquoi ?

Il faut revenir à une gestion en régie de tous les services publics. Credo du candidat qui affirme qu’en règle générale toutes ces délégations n’auront plus cours y compris celle concernant la gestion des pompes funèbres. Il faut revenir à une gestion municipale et ne pas privatiser ces biens communs qui font payer 30 % plus cher ces services aux contribuables. La distribution de l’eau accordée depuis peu à Véolia fait partie des services à reprendre en régie municipale. Imaginons qu’il y ait un problème de rareté de l’eau les factures augmenteraient de manière conséquente, et certains Nîmois se verraient dans l’impossibilité de payer.

Le Petit Gardois : les parents sont attentifs à ce que mangent leurs enfants à la cantine. Trouvez-vous le service actuel performant ?

Non. Il faut une cuisine centrale qui élabore des repas 100 % bio. Ce que mangent les enfants dans notre ville doit être sain. Daniel Richard propose de travailler en priorité avec les producteurs locaux qui produisent « bio » et de se fournir pour le complément sur le marché bio de la distribution. Il faut aider les agriculteurs locaux à passer au 100 % bio, c’est le seul futur qu’ils aient, et c’est une politique incitative que nous mettrons en place avec eux.

Le Petit Gardois : La liste animaliste et certaines associations sont foncièrement anti-corrida. Et vous ?

Le maire n’a pas le pouvoir de légiférer concernant les corridas et les mises à mort des taureaux sur son territoire, c’est l’Assemblée Nationale et le Parlement européen qui décident. Je ne veux pas prendre parti pour ou contre, ce n’est pas de ma compétence. Par contre, poursuit Daniel Richard, je peux obliger l’organisateur à respecter les lois républicaines en payant les charges sociales qui lui incombent et qu’il s’acquitte de la TVA, tout comme les trois organisateurs précédents. Visiblement un reproche fait à la municipalité actuelle concernant la gestion des corridas.

Le Petit Gardois : Deux hypothèses : soit votre liste est élue, soit vous vous retrouvez avec quelques-uns dans l’opposition. Quel serait alors votre positionnement ?

Si sa liste l’emporte Daniel Richard affirme qu’il ne fera qu’un seul mandat de maire. Mon but, dit-il est de faire gagner l’écologie et mettre en œuvre une politique qui ne pourrait qu’être poursuivie au vu de l’urgence climatique. Si son équipe était battue et disposait de quelques élus, alors, dit-il, je ne resterai pas, les élus d’opposition ne servent pas à grand-chose et je ne cherche pas à faire de carrière politique.

N.D.L.R. : ANRU : Agence nationale de rénovation urbaine qui soutient les projets urbains (État et collectivités) en financement important.

 



Catégories :Politique

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :