Brian Clough, un entraîneur célèbre mais pourtant méconnu

Publicités

Les vacances servent à reposer le corps et l’esprit. Elles servent également à réaliser des choses qu’habituellement, nous n’avons pas le temps de faire. Pour ma part, c’est le temps de lire le journal. Oh, pas le petit Gardois, non, celui-là, je le connais bien mais étant fan de sports, le temps de lire L’équipe.

Je me suis donc posé un jour, et déroulant la liste des articles (je suis abonné à la version numérique) à la recherche de la perle rare, je suis tombé sur un article parlant de Sabri Lamouchi qui entraînait une équipe de EFL Championship (D2 anglaise) : Nottingham Forest.

Le premier nom éveillera chez certains d’entre vous des souvenirs du joueur qu’il a été et de l’entraîneur qu’il est devenu. Pour les autres, il faisait partie des six joueurs exclus de la présélection d’Aimé Jacquet avant le début de la Coupe du monde 1998, et par conséquent ne deviendra pas quelques semaines plus tard, champion du monde.

Le second nom, évoquera pour les passionnés et pour les plus anciens, une des plus belles pages de l’histoire de la coupe d’Europe des clubs champions (l’ancien nom de la Ligue des champions).

Dans cet article, il était mentionné que Sabri Lamouchi, avait pris les rênes de Nottingham Forest en deuxième division anglaise et que son objectif était d’atteindre les play-offs, pour tenter de faire monter le club. Pour cela, il avait sur son bureau, la feuille de match de ses prochains adversaires, des statistiques sur les performances de ses joueurs et un DVD documentaire sur Brian Clough.

À l’évocation de ce nom, une étincelle s’alluma dans mon cerveau. Ce nom, je l’avais déjà entendu quelque part et notamment dans un film, pas un documentaire, un long-métrage. Quelques recherches sur internet, me suffirent pour retrouver le titre du film : The Damned United.

Ce film retrace une partie du parcours de Brian Clough mais démontre surtout le caractère de la personne qu’il était (il est décédé en 2004) et le style de management. Bien évidemment le scénario du film tourne autour de sa rivalité avec un des entraîneurs de l’époque, Don Revie qui dirigeait alors le meilleur club anglais le Leeds United.

L’obsession de Brian Clough était de démontrer à la face du monde entier que les méthodes d’entraînement et la philosophie de jeu, de son ennemi, étaient à l’antithèse de sa conception de la possession de balle et le jeu posé et stylé de ses équipes. Il avait entre autres mené un club de deuxième division, Derby County, au titre de champion d’Angleterre, au nez et à la barbe de son ennemi juré.

Alors quand les dirigeants de Leeds United, décidèrent de confier les rênes de leur équipe à Brian Clough, il vécut cela comme une consécration. Entre-temps, il s’était fâché avec son fidèle adjoint, Peter Taylor, un ancien coéquipier lors de la période où il était joueur. Mais le conte de fées ne dura que quarante-quatre jours, Brian Clough, ne survécut pas à un vestiaire qui regrettait Don Revie, et des supporters n’aimant pas son style de jeu.

De cette déconvenue et après s’être réconcilié avec Peter Taylor, il repartit au combat, à Nottingham Forest. Le club se trouvait alors en deuxième division anglaise. Il le fit monter, remporter l’année suivante le titre de champion d’Angleterre, puis plus extraordinaire encore, en 1979, la coupe d’Europe des clubs champions, le titre le plus prestigieux pour un club de football. De plus, il récidiva l’année suivante en remportant de nouveau le trophée. À ce jour, aucun autre club anglais n’a remporté deux années de suite ce trophée. Du moins pour le moment, car peut-être que le club de Liverpool le fera cette année, étant vainqueur en titre de la Ligue des champions et toujours qualifié dans cette compétition.

Beaucoup d’entraîneurs se sont inspirés des méthodes et de la personnalité de Brian Clough, pour se construire une image de manager rigoriste aux méthodes de management efficace et au style de jeu flamboyant. Un jour, un journaliste posa cette question à Brian Clough : « Êtes-vous le meilleur entraîneur du monde ? ». Il répondit : « Je ne suis peut-être pas le meilleur entraîneur du monde mais je dois être dans le top one. »

Cette phrase, le célèbre entraîneur Portugais José Mourinho, s’en servit quand il arriva la première fois en Angleterre pour se faire appeler le « Special One ».

Malheureusement, la fin de vie de Brian Clough fut moins glorieuse puisqu’il tomba dans l’alcoolisme et entraîna jusqu’à la saison 1992-1993, à l’aube de la création de la Premier League qui est considérée, aujourd’hui, pour nombre de supporters comme le plus grand championnat du monde.

En fêtant en 2019 et 2020, les quarante ans des sacres européens de Nottingham Forest, il est bon de se remémorer cet entraîneur qui révolutionna le métier.

 



Catégories :Sports

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :