Alain Fabre-Pujol plaide pour une réouverture de certains marchés alimentaires à Nîmes

Depuis près d’un mois, les marchés nîmois ont été fermés. Dans un courriel adressé à Jean-Paul fournier, le conseiller municipal Alain Fabre-Pujol propose une réouverture de certains marchés estimant que la durée du confinement liée à la pandémie pose des difficultés sur l’approvisionnement alimentaire pour certains citoyens.

 

Alain Fabre propose ainsi  « que des marchés alimentaires soient à nouveau autorisés à Nîmes en application de l’arrêté ministériel du 23 mars qui porte interdiction des marchés sauf ceux obtenant une autorisation d’ouverture pour des besoins d’approvisionnement de la population locale, ce qui est le vœux de l’actuel ministre de l’agriculture. Et ce qui est le cas dans trente-neuf communes rurales ou périurbaines de notre département. »

 

Le conseiller conscient des difficultés d’organisation estime que celles-ci  ne devraient pas être un frein à la mise en place de ce qui s’apparente aujourd’hui, pour lui, à un véritable service public.

 

Des propositions concrètes pour rouvrir en sécurité ces marchés.

Dans son courriel, Alain Fabre-Pujol apporte des propositions concrètes :

« L’attribution des dix étals réglementaires par marché pourrait  se faire par tirage au sort parmi les commerçants volontaires en respectant la diversité de l’offre;

Le nombre de personnes présentes à un instant T, les mesures de distanciation sociale dont la matérialisation au sol ainsi que la mise à disposition de gels hydroalcooliques peuvent s’organiser avec le syndicat professionnel des commerçants forains et les services municipaux ;

Enfin, ces marchés doivent prendre en compte la configuration des lieux pour éviter la concentration de personnes, ce qui est faisable à Pissevin, au Chemin Bas d’Avignon, sur le Jean Jaurès, sans doute au Mas de Mingue. »

 

Il conclut en rappelant le travail immense de solidarité d’associations qui fournissent vivres et réconfort aux plus démunis comme Humanimes, les Restos du cœur, entre autres, mais aussi  la coopération écologique (bio et circuits courts) de diverses structures AMAP, Ruches etc. et la créativité de commerçants et de producteurs des Halles au Mas de l’agriculture pour faire face à cette pandémie et continuer approvisionner la ville . La réouverture de ces marchés viendrait compléter ces dispositifs.

 



Catégories :Gard

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :