Sécheresse dans le Gard : une situation exceptionnelle qui persiste

Compte tenu de la forte sécheresse qui sévit sur l’ensemble du territoire national, une cellule interministérielle de crise a été ouverte afin de suivre avec précision la situation. Dans le souci d’actualiser les données relatives à la situation dans le Gard et de la partager avec les acteurs de l’eau, Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, a décidé de réunir le 10 août, le comité de suivi de la sécheresse en élargissant l’invitation à l’ensemble des parlementaires et des présidents des intercommunalités.

Le niveau des nappes et des cours d’eaux reste particulièrement bas et les mesures de restrictions des usages imposées par l’arrêté du 3 août 2022 restent nécessaires. (voir Sécheresse dans le Gard : des mesures de restrictions très sévères sur les usages de l’eau sont prises sur une grande partie du département – Le petit Gardois)

Cette réunion a été l’occasion de faire le point sur les différents usages et les impacts des restrictions d’eau imposées dans les bassins en crise.

La priorité absolue est bien évidemment de permettre les usages prioritaires de l’eau, tels que l’alimentation en eau potable, les exigences de la santé, la salubrité publique et la sécurité civile. En matière d’eau potable, une dizaine de communes sont en tension et des solutions sont mises en œuvre pour pallier le manque d’eau (connexion de réseaux, alimentation par camion citerne…). Madame la préfète en appelle à la responsabilité de chacun pour avoir un usage très économe de l’eau potable.

Des dérogations sont accordées uniquement pour l’agriculture, et dans un cadre très limité : il s’agit de sauvegarder les cultures sensibles afin d’éviter les pertes de fonds. Ainsi, sont acceptées en dérogation les cultures légumières, les pépinières fruitières et ornementales, les semences, les plantiers. Les demandes de dérogation sont à adresser à la chambre d’agriculture et une réponse individuelle sera apportée par le service de police de l’eau de l’État. Le rinçage des matériels, nécessaire pour des raisons sanitaires, est permis (machine à vendanger) ainsi que le remplissage des pulvérisateurs à partir de bornes pour la lutte contre les ravageurs.

Par ailleurs, il a été rappelé aux collectivités l’interdiction de l’arrosage des stades et l’obligation de fermeture des lavoirs et fontaines publiques dans les secteurs situés en crise.

Enfin, il a été indiqué que les maires peuvent prendre des arrêtés plus contraignants que l’arrêté préfectoral si la situation sur leur territoire le nécessite notamment pour les communes où des inquiétudes existent sur la continuité de la distribution en eau potable.



Catégories :Gard

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :