Nîmes – Rires en Scène : un Miroir aux reflets d’humour et de poésie

Publicité

Pour la 27e édition de « Rires en scène », le Théâtre du Miroir offre cette année encore, une programmation des plus rafraîchissantes. Un festival « atypique et qui pique » comme aiment à le décrire ses responsables. Trois soirées originales sont programmées les 9 , 10 et 11 juin au Théâtre du Périscope à Nîmes. Le festival se clôturera en musique par le cabaret de Boby Lapointe.

Le Théâtre du Miroir a extrêmement à cœur d’offrir des spectacles « non formatés » en proposant chaque année, pour « Rires en Scène » des comédiens, des auteurs et des metteurs en scène venant d’horizons différents.

Ce Théâtre revendique un véritable travail de création à partir d’auteurs reconnus et de mises en scènes innovantes. C’est dans cet esprit et cette volonté revendiquée que chaque année « Rires en Scène » accueille un public toujours aussi nombreux. La programmation 2022 s’inscrit dans cette longévité et dans l’esprit du café-théâtre avec différents spectacles « qui chatouillent ».

 

Le 9 juin : Marion Prouveau : Mais t’as quel âge ?

Auréolée du prix « meilleur espoir féminin » au Festival d’Avignon de l’an dernier, Marion Prouveau présente un spectacle rempli d’humour et de tendresse. Une « seule en scène » qui évoque toute la palette des générations qui se rencontrent et provoquent des situations cocasses. Des langages particuliers qui s’entrechoquent. Entre des jeunes qui ont le « sum » et utilisent snapchat et les aînés d’une soixante d’années qui adoptent les réseaux sociaux, ce sont les personnages d’une même famille qui échangent. Entre le jeune qui n’a envie d’en faire qu’à sa tête  et le papy dont l’envie est de rester jeune, Marion Prouveau cherche à ce que le public se reconnaisse dans son seule en scène. C’est gagné !

 

Le 10 juin : « D’après vous ? » par TRIPLE G

Ils sont trois sur scène : Aurélie Babin, Gilles Guignard et Mathieu Pirro le musicien. Dans la pure veine du théâtre d’improvisation, ce sont les spectateurs qui créent la pièce. Le public définit les personnages et les lieux dans lesquels vont ensuite évoluer les comédiens ce 10 juin au Périscope.  Ensuite place aux trois compères qui pendant près d’une heure composent cette histoire qui ne sera jouée qu’une seule et unique fois ! Leur performance est la démonstration que le théâtre d’improvisation nécessite non seulement une écoute attentive, mais l’acceptation de l’autre et un jeu d’équipe constant.

 

Le 11 juin « La vraie vie de nous » par La compagnie des Nez Nets et Cie

Le clown est un personnage fait pour donner du bonheur. Les clowns de la compagnie des Nez Nets en donne régulièrement en intervenant auprès des enfants hospitalisés, notamment à Nîmes. Pour ce public particulier, leur rôle est certes plus relationnel et ludique, une sorte de clown médiateur expert en art de la communication pour des gamins autistes ou handicapés.

Pour leur spectacle du 11 juin au Périscope, Miss Pétula & Jörje présentent la suite de leur premier spectacle « la vie rêvée de nous » Ils s’unissent pour la vraie vie de tous les jours. Cette vie-là diffère peut-être de celle que l’on a tellement rêvée. Différents tableaux faits pour prendre une bonne dose d’oxygène, de rires de bonheur tant le jeu des deux comédiens est époustouflant, plein de générosité et de poésie.

 

Un final en pointe

Le cabaret Boby Lapointe clôturera ce festival Rires en Scène. Hervé Tirefort et Marc Feldhun réservent de nombreuses surprises aux spectateurs alliant, rap, anecdotes, chansons inédites. Les deux artistes sont tout aussi loufoques et cocasses que l’était Boby Lapointe dont on fête cette année la centième année de sa naissance. De quoi partager un très bon moment et finir en musique le Festival.

En première partie les 9, 10 et 11 juin, les comédiens amateurs de l’Atelier de Café-Théâtre du Périscope  présentent une nouvelle sélection de leurs meilleurs sketchs de l’année, pimentés, peaufinés et mis en scène par Pierre Gorses « Un pour tous, tous pour sketches »

« Ne pas se rendre au théâtre, c’est comme faire sa toilette sans miroir » disait Sacha Guitry. Le théâtre du Miroir prouve encore cette année que le meilleur miroir du Périscope, c’est le regard et le rire du spectateur.



Catégories :Gard

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :