Lisa : la lumière des émotions

Publicité

Pour sa première exposition à Nîmes, Lisa Njegomir présente une partie de ses toiles qui invite à voyager entre le corps, la nature et les ciels. En posant son regard sur les plis des reliefs, les ombres des plaines, les plages de sable fin et les détails d’une partie d’un corps qui vibre, la jeune peintre se dévoile pour sa toute première exposition.

« Il faut peindre ce que l’on aime. » Cette devise de David Hockney, Lisa l’a fait sienne. « Je suis une autodidacte » nous dit-elle, je n’ai pas suivi de formation spécifique en art ». Cette passion, Lisa la sentait en elle, « je peins mon intérieur, pendant la pandémie, j’entendais mes pensées et je peignais toute la journée ».

Blessures ouvertes ou cicatrices plus ou moins oubliées, le réalisme de certaines de ses toiles détonne et intrigue. Sa recherche « s’attarde sur les détails qui composent le tableau ». Ils sont les symboles de ses souvenirs, les empreintes de son passé.

 

La lumière de Nîmes

« Je peins toute la journée, j’ai besoin de cette clarté, de cette lumière, de cette chaleur. Je suis née ici dans le Sud à Arles, mon travail s’inspire de ces couleurs chaudes et intenses ». Les couleurs lumineuses que l’on retrouve sur ses toiles traduisent le langage de ses émotions et de ses instants partagés. De nombreuses toiles dévoilent l’alchimie du rapport entre le corps et l’esprit : « J’explore les manifestations de l’inconscient à travers le corps comme l’expression du visage, la posture, les mains… ». Ces toiles évoquent des instants fugitifs qui font écho à notre vécu : une main délicatement posée sur un tapis d’herbe, le coin d’un échiquier, une tour isolée… Ces tableaux figurent un espace de rencontre où monde intérieur et extérieur communiquent.

 

Jeu de mains

Dans ses œuvres, les mains sont souvent représentées. Lisa Njegomir confie « les mains ont une place importante dans mes toiles. C’est à travers celles-ci que je peux toucher, explorer. Elles accompagnent mes conversations. Souvent elles nous « trahissent », donnant la parole à l’inconscient. Elles font partie de l’énigme du tableau. » La main est une histoire de contacts. Dans la préhistoire mains négatives et mains positives apparaissent sur les parois des grottes. Nombreux sont les peintres qui en feront le sujet de leur art. Plus proche de nous celles de Christine Lucas montrent le gigantisme d’une main de femme surgissant d’une fenêtre. On connaît également celles de Louise Bourgeois qui expriment tout comme celle de Lisa Njegomir le désir, la bienveillance. Les mains s’accueillent l’une l’autre dans un élan de générosité. « Elles traduisent une sorte de lâché prise sans limites ». D’autres registres complètent cette exposition, et notamment une série très colorée d’œuvres abstraites.

Lisa Njegomir

Lisa Njegomir

 

Le vernissage « Solar Energy » aura lieu le vendredi 3 juin de 18 h 00 à 21 h 30, 6 rue Régale à Nîmes. L’exposition restera ouverte aux visiteurs le samedi 4 juin et dimanche 5 juin de 10 h 00 à 12 h 00 et de 16 h 00 à 20 h 00. Un pari osé pendant la Feria où les passionnés de chevaux et de taureaux doivent être pour nombre d’entre eux aussi curieux de découvrir une jeune artiste nîmoise qui pose un regard nouveau sur le monde.

 

https://www.lisanjegomir.com/



Catégories :Gard

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :