Agressions sur agents publics : la ville de Nîmes se mobilise pour dire stop !

Publicité

Peut-être au détour d’un boulevard, d’une rue, en circulant en voiture ou en bus vous avez pu remarquer certains panneaux d’affichages avec en grosses lettres des ENC…, GROSSE PU…, CONNA…, SAL… Il s’agit tout simplement d’une campagne de sensibilisation menée par la ville de Nîmes pour dire STOP aux agressions sur les agents du service public.

Un dossier qui n’avance pas aussi vite qu’espéré, une date de mariage impossible à caler car déjà réservée, une arrivée avec plusieurs heures de retard à un rendez-vous pris de longue date, une remarque sur le port du masque obligatoire, et c’est l’escalade. Insultes, menaces, intimidations, coups et blessures… À l’instar du phénomène de société qui touche toute la fonction publique, les agents de la ville de Nîmes ne sont pas épargnés dans leur quotidien.

En 2021, 260 agressions ont été recensées, rien que pour les 92 agents de la direction Population et citoyenneté (qui gèrent notamment les demandes de cartes d’identité et passeports, les procédures liées à l’éducation, ou le soutien aux procédures en ligne). En 2020, on en totalisait cinq fois moins.

« On voit que tout le personnel en lien direct avec le public est touché, ces hommes et femmes qui travaillent à la direction Population et citoyenneté mais aussi à l’éducation, à l’urbanisme, aux services techniques, aux espaces verts, etc. Cette montée de violence, renforcée par la crise sanitaire, est devenue telle que, depuis septembre dernier, la Ville a décidé de déposer des plaintes pour conserver des traces concrètes de ces agressions », explique Pascal Gourdel, Adjoint délégué aux finances, au personnel et à l’évaluation des politiques publiques. En quatre mois, déjà 15 plaintes et 10 mains courantes ont été déposées au commissariat.

Pour agir et faire réagir, la Ville a conçu une campagne de communication volontairement impactante. « Nous voulions montrer notre détermination à dire : Stop ! On ne peut plus laisser faire », poursuit Christine Tournier-Barnier, Conseillère déléguée à l’administration générale.

Déclinée en 4 visuels et ponctuée d’une signature commune « En restant poli, ça marche aussi ! », la campagne met en images une personne en train de passer ses nerfs sur un agent public, avec le début d’une insulte (inspirée par l’action sur le même thème de la collectivité Seine Normandie Agglomération, avec qui une entente a été nouée pour porter haut le message commun) :

  • GROSSE PU… nition, c’est ce qu’on risque si on agresse physiquement ou verbalement un agent du service public,

  • ENC… ore une fois, insulter, agresser ou menacer un agent du service public est puni par la loi,

  • CONNA…issez-vous les peines encourues si vous agressez physiquement ou verbalement un agent du service public ?

  • SAL…ir un agent du service public en l’insultant est une infraction punie par la loi,

En plus d’une session classique sur l’amélioration de la qualité d’accueil du public, chaque agent de la Ville en lien avec le public reçoit désormais une formation de trois jours dédiée à la gestion du stress et des émotions. Un autre module sur la gestion des incivilités devrait suivre à partir de cette année.



Catégories :Gard

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :