Brève nationale : un allègement des restrictions salvateur ou calculé ?

Publicité

Est-ce le premier Ministre portant un message d’espoir envoyé aux Français ou un émissaire du futur candidat Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle qui s’est présenté hier devant les caméras de télévision ? 

Avec 425 183 cas rapportés hier au niveau national, peut-on dire que la pandémie est terminée et qu’elle permet un allègement des restrictions à partir du 2 février, certainement pas. Pourquoi, également, tout ce simulacre de démocratie autour du pass vaccinal pour finalement aboutir à ce résultat ? On se le demande.

Non, en réalité ces annonces faites hier n’ont qu’un seul but, préparer la réélection du président sortant. Il n’y a qu’à voir aujourd’hui les réactions, certes justifiés, des professionnels de la culture, de la restauration et des entreprises.

Un horizon pourtant est encore loin d’être éclairci, c’est celui de l’éducation nationale. Lorsque l’on découvre le protocole sanitaire mis en place dans les établissements, on comprend beaucoup mieux la colère des enseignants et du personnel travaillant dans les écoles, collèges et lycées.

Un exemple, un des enfants de nos journalistes, a été touché par le Covid alors qu’il a toujours respecté les gestes barrières. La contagiosité du variant Omicron étant telle, que malheureusement entouré de cas contacts et de « covidés », forcément il l’a attrapé. En prévenant la vie scolaire de son établissement, étant un élève avec beaucoup de camarades, il souligne que le nombre de cas contact va être important. Réponse de l’Administration : « vous ne mangez pas à la cantine, vous portez votre masque à l’extérieur et à l’intérieur, par conséquent, il n’y a pas de cas contacts ». L’élève ne s’en est toujours pas remis d’une telle négligence, non pas de la personne qu’il a eu au téléphone, mais de l’Autorité suprême. Par correction, il a conseillé tout de même à toutes ses connaissances de réaliser un test antigénique.

Ce qui tant bien à prouver que le futur candidat Macron, essaye de plaire à son électorat qui on le sait se trouve plus du côté des entrepreneurs et des grands patrons que du personnel du service public.

Le premier tour de l’élection présidentielle a lieu le dimanche 10 avril 2022.

Si vous voulez que cela change, ce n’est pas dans la rue que vous gagnerez la bataille mais dans l’isoloir.

Alors aux urnes citoyens !



Catégories :Brèves

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :