Brève nationale – Primaire populaire : pas si élémentaire

Publicité

Ils sont dix à avoir été sélectionnés. Cinq hommes : Yannick Jadot, Jean-Luc-Mélenchon, Pierre Larrouturou, François Ruffin, Gaël Giraud et cinq femmes Anne Hidalgo, Christiane Taubira, Clémentine Autain, Charlotte Marchandise, Anna Agueb-Porterie.

Le collectif de la « primaire populaire » composé entre autres de Mathilde Imer et de Samuel Grybowski porte parole du mouvement, revendique à ce jour plus de 250 000 inscrits sur sa plateforme. Le collectif œuvre depuis mi-juillet pour élaborer une consultation nationale afin « de mener à son terme un processus de désignation par les citoyens et les citoyennes d’une candidature commune au premier tour de l’élection présidentielle de 2022 ».

Le vote se déroulera du 27 au 30 janvier.

Est-ce que cette dynamique produira une « remontada » dans une gauche éparpillée ? Rien n’est moins sur. Casse-tête entre les sélectionnés pour qui les inscrits peuvent voter, mais qui comme Mélenchon, Jadot ou Hidalgo refusent le principe de la primaire, et ceux, qui comme Christiane Taubira accepteront le résultat.

Le constat d’une confusion règne au sein de la gauche qui peine à se situer dans la perspective d’une présence au deuxième tour de l’élection présidentielle. Aucun débat télévisé n’aura lieu pour permettre aux votants de faire un choix et de comparer les propositions de chacun, nombre d’entre eux le rejette.

 

Éparpillement ou originalité ?

Les électeurs vont donc classer les candidats par ordre de préférence. Le vainqueur sera malgré tout confronté aux autres candidats de gauche qui refusent, comme Mélenchon, Jadot ou Hidalgo qui réfutent ce principe de primaire.

Que va-t-il se passer ensuite ? Le candidat désigné par les votants devra accepter « le socle commun des dix grandes mesures programmatiques » parmi lesquelles la mise en place d’un revenu de solidarité dès 18 ans, la diminution du temps de travail, l’instauration
de la proportionnelle aux législatives, la réalisation d' »un big bang fiscal » ou encore une loi « liberté globale » incluant notamment l’indépendance du parquet et de l’IGPN.

Alors la primaire, fausse bonne idée ou vraie mauvaise dynamique ?



Catégories :Brèves

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :