Le festival du jeu vidéo de la ville de Nîmes, le NOGA, fait son grand retour du 3 au 31 décembre !

Publicité

Le Nîmes Open Game Art fait son grand retour pour sa 9e édition. Rendez-vous incontournable pour les amateurs de gaming, le festival s’intéresse cette année à la représentation de la vie réelle dans les jeux vidéo. La programmation, qui s’étend dans tout le réseau des Bibliothèques de Nîmes, ambitionne de montrer comment le jeu vidéo peut donner accès à de nouvelles expériences en écho aux questionnements sociétaux contemporains.

Expositions, rencontres, ateliers, projections et spectacles originaux invitent les festivaliers à plonger dans le jeu et la réflexion.

« L’événement proposé par les bibliothécaires nîmois interroge les multiples rapports du jeu vidéo au réel. Le jeu vidéo n’est pas qu’un objet ludique, il peut nous amener à réfléchir sans trop se prendre au sérieux » explique Sophie Roulle, adjointe déléguée à la Culture.

 

Le week-end inaugural

Tout commence le vendredi 3 décembre à 18h à la Bibliothèque Carré d’Art avec une conférence sur le thème « le réel dans le jeu vidéo : représentation et expérience ».

Le créateur de jeu Eric Viennot retracera l’introduction des jeux vidéo dans l’espace urbain depuis une dizaine d’années, à travers des expériences immersives parfois étonnantes.

Florent Maurin, journaliste, expliquera comment, en s’inspirant de l’actualité, il crée des jeux qui, par effet d’empathie, parviennent à sensibiliser sur des sujets peu traités dans le monde des jeux mainstream.

Enfin Aypierre montrera, exemples à l’appui, comment certains joueurs talentueux reconstruisent virtuellement le monde réel.

Le samedi 4 et le dimanche 5 décembre la fête continue de 10h à 18h.

Abordez la Réalité Virtuelle sous un angle différent avec Cooldown, partez à la découverte des dernières exclusivités de Nintendo et replongez quelques années en arrière avec les ateliers Retrogaming de l’association aGames.

 

Une maison carrée Minecraft

Aypierre, Youtuber et parrain du NOGA 2021, a réalisé la reproduction de la Maison Carrée dans le monde de Minecraft. Cette reproduction fourmillant de détails fera l’objet d’une exclusivité sur sa chaîne YouTube : présentation incluant des photographies issues de notre fonds patrimonial, et d’une balade virtuelle révélant les secrets du monument le plus emblématique de notre ville. Mais ce n’est pas tout, notre partenaire et imprimeur 3D Hips_Lab vous proposera aussi une parfaite impression 3D de la Maison Carrée signée Aypierre.

Il aura fallu au total près de 70 heures de création sur Minecraft et 42 jours d’impression pour donner vie à notre Maison Carrée Spéciale NOGA.

« Pour la Maison Carrée c’était relativement simple, puisque qu’on a une seule couleur, une seule matière. La vraie difficulté, c’était les détails dans les moulures » explique Aypierre.

À retrouver à l’entrée de l’exposition « Réalité(s) », au rez-de-chaussée de Carré d’Art.

 

Une affiche particulière

À l’occasion de cette 9e édition sur le thème des Réalités, la Ville de Nîmes s’ouvre à la réalité augmentée.

Il suffit à l’utilisateur de scanner le QR code de l’affiche de l’événement avec son smartphone, sans avoir besoin de passer par une application dédiée, pour voir les personnages prendre vie sous ses yeux.

 

Treize jeux vidéo dans l’exposition « A vos manettes »

La sélection de treize jeux proposée par les bibliothécaires interroge donc les multiples rapports du jeu vidéo au réel. Cette année, la création graphique de l’exposition a été confiée à Nicolas Gandon, graphiste et illustrateur, également médiateur jeu vidéo à la bibliothèque Carré d’Art.

L’exposition présente les jeux selon trois grands types de réalité.

Tout d’abord les jeux de simulation, qui transposent des univers réels avec une précision scientifique nourrie des dernières recherches disponibles sur le sujet. D’un écosystème marin plus vrai que nature à la vie simulée d’un hominidé en passant par une exploitation agricole, les joueurs feront l’expérience virtuelle de situations et problématiques scientifiques peu accessibles à tous in real life mais pourtant bien réelles. Mention spéciale au simulateur spatial Odyssey conçu par le nîmois Islam Elazazi, présenté en exclusivité.

Ensuite, des jeux mettant en scène des aventures dans des mondes convoquant l’imaginaire, telle cette épopée où des personnages en laine évoluent dans des décors hyperréalistes, ou encore ce jeu qui permet au joueur de se glisser dans la peau d’un peintre naturaliste.

Enfin, pour approcher le réel encore différemment, des jeux qui passent par des effets de fiction afin de chercher plus de vraisemblance, que ce soit à travers le thème du voyage dans les mondes multivers, par des enquêtes d’anticipation ou encore un thriller psychologique. Les réalités historiques sont abordées à travers des fictions, l’une plonge le joueur dans le siège de Sarajevo non pas du point de vue des militaires mais à travers le vécu de la population et l’autre se déroule dans des décors époustouflants de réalisme dans le Japon du XIIIème siècle.

Pour conclure sur ce changement de perspective, l’exposition se termine avec deux jeux aux réalités abstraites et surréalistes : un jeu de puzzle aux dimensions presque absurdes, et une visite virtuelle du Centre Pompidou,
musée d’art moderne et contemporain.

Cette sélection s’adresse au grand public : enfants, adolescents, adultes. Passionnés de jeux vidéo et curieux de tous âges pourront y trouver une part de cette réalité du monde avec laquelle chacun prend plaisir à jouer.

 

Le show Danse, le bonus du NOGA

Avec la thématique du Réel, le NOGA a décidé de se mesurer à un art jusque-là inexploré dans le festival : la danse.

Référence en matière de jeu vidéo, la licence Just Dance (éditée par Ubisoft) sert de source d’inspiration au spectacle proposé.

Cette soirée hors norme sera animée par une guest-star de choix, qui sera la marraine du festival : Dina.

Dina alias TheFairyDina est devenue célèbre grâce à ses records d’e-sport sur le jeu Just Dance. Trois fois championne de France et vice-championne de France, Dina a également obtenu une médaille de bronze et une médaille d’argent à la « Just Dance World Cup » de l’ESWC, faisant d’elle la vice-championne du monde de l’édition 2017.

Animatrice sur scène mais aussi en ligne, elle fait partie de l’équipe de l’une des plus grandes WebTV de France, LeStream.fr, où elle apporte une bouffée d’air frais et une énergie positive. De plus, lors du lock-out 2020, elle est devenue « Coach Dina » sur la chaîne,
encourageant les gens à la maison à rester en bonne santé en suivant ses séances de fitness accessibles, en direct, tous les jours.

Compétitrice, danseuse, animatrice… Dina brille également en ligne chaque semaine à travers ses streams sur sa propre chaîne Twitch et ses vidéos sur YouTube. Sa devise: « Ne jamais arrêter de danser ! ».

Réel oblige, nous vous proposons de transcender les codes du jeu. Dina ne sera pas seule sur scène, accompagnée du club Gym-danse de Nîmes, qui effectue sa première collaboration avec le NOGA.

Le club Gym danse, basé au complexe sportif Jean Bouin à Nîmes, propose de la danse classique et tous styles de danse urbaine dès l’âge de 4 ans. 12 danseuses accompagneront donc notre marraine dans ses chorégraphies sur des parties jouées au level le plus élevé du jeu.

S’appropriant les chorégraphies et techniques propres au jeu, elles vous proposeront aussi pendant la soirée des chorégraphies originales.

40 participants en tout. Un cadre unique, une championne, des danseuses compétitrices, des chorégraphies triées sur le volet, un show garanti !

Retrouvez le programme complet de cette 9e édition du Nîmes Open Game Art ICI



Catégories :Gard

Tags:, , , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :