Le Vigan : première exposition personnelle de l’artiste Won Jy, diplômé de l’école des Beaux-Arts de Nîmes

Le Conseil départemental du Gard présente au château d’Assas du Vigan : « Flâner, passer ou habiter », la première exposition personnelle d’importance de Won Jy du 13 décembre 2021 au 20 janvier 2022.

« Won Jy, artiste plasticien né à Daejeon au centre de la Corée du Sud, est diplômé de l’école des Beaux-Arts de Nîmes.

 S’il a déjà présenté ses œuvres occidentales à Tokyo, Nîmes, Mende ou Aubais, nous sommes aujourd’hui très heureux que sa première manifestation personnelle d’importance s’établisse en terre gardoise, et de plus dans notre bel écrin qu’est le Château d’Assas.

 Le Conseil départemental du Gard s’engage pour rendre l’art accessible à tous en plaçant le soutien à la création et à la diffusion au cœur de sa politique culturelle.

Avec quatre expositions d’art contemporain proposées chaque année, le château d’Assas est un site fabuleux qui propose une offre culturelle gratuite et de qualité en faveur des Gardoises et des Gardois.

En favorisant ainsi la rencontre des publics avec les œuvres, ce lieu est remarquablement attractif et nous sommes fiers de voir cet artiste international trouver son inspiration et ses attaches dans notre département. » dixit Françoise Laurent-Perrigot , Présidente du Conseil départemental du Gard et Patrick Malavieille, Vice-président du Conseil départemental du Gard et Délégué à la Culture, au patrimoine et à l’éducation artistique.

 

Won Jy, une double culture au service de la création artistique

Riche d’une double culture franco-coréenne pleinement opérante dans ses œuvres, Won Jy a été à plusieurs reprises assistant d’Hubert Duprat, artiste français connu internationalement pour ses hybridations sculptées animales et minérales.

Marqué par l’intelligence artificielle, les algorithmes et les nouvelles technologies de l’image, Won Jy s’appuie sur la recherche topologique dans la suite du « Mono-ha » (Le Mono-ha est un mouvement d’avant-garde japonais des années 1960 proche de l’Arte Povera italien, son principal représentant est l’artiste coréen Lee Ufan aujourd’hui mondialement célèbre) et la mémoire mouvante dans des propositions artistiques sensibles à une continuité des formes et des matériaux.

« J’aime bien regarder les éléments pauvres qui se trouvent autour de moi (dans la rue, à la maison, dans les ateliers). Pour la plupart des gens, ces choses semblent n’être que des déchets ou des restes, comme des emballages, des gravats, des pierres…etc. Pour ma part, je considère ces choses comme des “acteurs”, qui rendent ma vie créative et réactive. Et parfois, je les considère même comme des “personnes”.

Dans mon travail artistique, je les documente, mais j’interviens aussi directement sur eux, en tenant compte de leur histoire. Dans ces interventions, je tiens à mes choix, pour eux, qui sont souvent soigneux ou “infra-violents”.

Donc chaque pièce de mon travail est une trace des actions que j’ai effectuées sur « eux » et d’un rituel intime.

En déplaçant certains de ces éléments trouvés, en les recontextualisant, j’essaie juste d’attraper des détails qui deviennent un résidu esthétique. »Won Jy (écrit du 7 septembre 2019).

 

Won Jy, sa première exposition personnelle au château d’Assas

S’il a déjà présenté ses œuvres lors d’expositions collectives au Japon, à Perpignan, ou encore à Mende, c’est dans le Gard que cet artiste, qui vit et travaille à Nîmes, expose régulièrement.

C’est dans le Gard que Won Jy propose sa première manifestation personnelle d’importance « Flâner, passer ou habiter », exposition visible jusqu’au 20 janvier 2022 au Château d’Assas.

Sa création procède en trois étapes imbriquées les unes dans les autres. Sur un film vidéo « Suivant une rivière sèche », l’artiste est à la recherche d’une pierre sur les berges du Gardon. Une installation de plusieurs pierres trouvées et de structures en béton coulé s’organise au centre de l’espace comme une chambre à coucher. Ce dispositif bâti, quoique éphémère, est suivi d’un autre parcours sur le renversement d’appliques murales électriques, moulées, rassemblées puis déposées au sol, à l’envers, dans des matériaux différents recevant un contenu. Le mascaron de la fontaine du parc du château d’Assas est également associé à ce retournement contenant-contenu caractéristique de son expression.

À travers cette cinétique de formes et de matières, le jeune artiste coréen décline la perception du monde selon que l’on est flâneur, passant ou habitant. Le titre de l’exposition « Flâner, passer ou habiter » fait référence au rejet ou à l’accueil dans une rencontre qui correspond aux procédures subtiles et toujours surprenantes de son art.

 

Expositions collectives

2017 – Alléluia !, Étant donné, Nîmes, France

2018 – Crossing view, Echangeur22, Saint-Laurent-des-Arbres, France

2018 – Parallèles // Obliques, Arai building, Yokohama, Japon

2019 – Corpus, Maison Consulaire, Mende, France

2019 – Dents creuses II, Echangeur22, Saint-Laurent-des-Arbres, France

2019 – Trop bête ! l’homme et sa nature, Château d’Aubais, France

2020 – Prise de terre, Les Artistes Nomades, Aubais, France

2020 – Le quart de ce que nous rêvons !, Atelier de Margaux Fontaine, Nîmes, France

2021 – N’importe qui peut faire n’importe quoi, Place Joseph-Sébastien Pons, Perpignan, France

 

Mesures sanitaires

 La visite de l’exposition est adaptée au respect des gestes barrières.

« Pass sanitaire » et masque obligatoires

 

Visites

Horaires d’ouverture au public :

10h30 – 12h / 13h30 – 17h

du lundi au vendredi

Entrée libre

 

Renseignements

Le Conseil départemental du Gard – Château d’Assas – 11 rue des Barris / 30120 Le Vigan

Contact : 04 99 64 26 62 / catherine.frisch-caumontat@gard.fr



Catégories :Culture

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :