Mine de talents : un vivier de professionnels au service du développement territorial

Présente depuis plus de 15 ans sur le Gard et la Lozère la Scop-CAE (Société coopérative d’Activité et d’Emploi) Mine de talents, rassemble aujourd’hui plus de 200 co-entrepreneurs. « Laboratoire d’idées » pour lutter contre le chômage, Mine de talents bouscule par son approche les grands concepts fondamentaux qui structurent l’économie capitaliste. Autour de Julie Potiquet, gérante de la CAE, ce sont les valeurs de mutualisation, de solidarité, d’épanouissement et de performance que porte toute l’équipe d’accompagnement et d’appui auprès de ses adhérents.

Exit les chasseurs de plus-values rapides et risquées. Bienvenue aux fourmis prêtes à faire fructifier leur entreprise pour encaisser les salaires et partager les bénéfices. Bienvenue chez Mine de talents, société coopérative de participation. Une telle appellation aurait tendance à nous renvoyer à une époque révolue de la fin du XIXe siècle, un univers disparu, celui de la fraternité, de l’entraide, au temps des utopies socialistes. Ses principes sont pourtant bien ancrés dans ce que tout un chacun pouvait espérer du « monde d’après COVID » : une économie progressiste, une gouvernance démocratique des entreprises, une juste répartition des excédents, la solidarité et le respect de l’environnement.

 

Le statut d’entrepreneur salarié

Mine de talents s’adresse à un très large panel de personnes souhaitant adopter un statut d’entrepreneur salarié. Demandeur d’emploi, salarié à temps partiel ou en voie de reconversion, auto-entrepreneur, chacun peut tester la pertinence de son projet au travers d’un parcours d’accompagnement et d’un soutien administratif, juridique et comptable qui lui est proposé. « Entreprendre en toute sérénité », telle est la devise de cette coopérative qui offre à la fois à chaque entrepreneur la possibilité d’échanger avec tous ses adhérents, de partager des retours d’expérience, de mutualiser des compétences. Salarié de la coopérative et en même temps chef d’entreprise vis-à-vis de ses clients, chacun peut gérer son propre développement commercial en décidant de façon autonome ses prix, ses prestations, son identité propre.

Cet esprit coopératif permet à certains adhérents d’élaborer des collaborations ponctuelles pour répondre à des appels d’offres ou de travailler ensemble sur des projets qui demandent des compétences multiples.

 

Une large palette de professionnels

Répartis par secteur d’activité, santé, commerce, service, industrie, communication, habitat… etc. ou en leur nom propre, plus de 200 professionnels présentent une fiche synthétique de leur activité à destination des entreprises, des particuliers, des collectivités. Sur le site de Mine de talents l’offre proposée par ces professionnels est accessible en ayant la certitude de contacter une entreprise de confiance.

 

Mine de talents : Premier organisme de formation de l’Économie Sociale et Solidaire dans le Gard

Le Pôle Formation de Mine de talents est aujourd’hui certifié Qualiopi. La marque « Qualiopi », gage de qualité est délivrée par des organismes certificateurs accrédités ou autorisés par le Comité français d’accréditation (Cofrac) sur la base du référentiel national qualité. Ainsi, quelle que soit la localisation géographique d’un demandeur de formation, qu’il soit basé à Alès, à Nîmes ou ailleurs sur le département du Gard ou même à distance, les programmes présentés peuvent s’adapter en fonction des attentes et des demandes de chacun.

 

Novembre 2021 : Le mois de l’économie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire n’est pas toujours accessible à la compréhension des citoyens et du grand public tant le discours sur l’économie actuelle est axé sur la compétitivité, les profits, les plus-values, l’actionnariat. L’idée de « redonner le pouvoir aux personnes et non à l’argent » n’est pas un credo porté par nombre de prétendants à l’élection présidentielle. Pourtant une société de personnes – et non de capital – qui produit et vend sur le marché un bien ou un service répond à un besoin social. Elle génère bien entendu des bénéfices et des excédents. Mais point d’actionnaire dans ce système. Les salariés sont équitablement rémunérés et les bénéfices sont réinvestis dans la coopérative ou sont constitués en épargne d’entreprise ce qui permet de pallier des difficultés temporaires. Et contrairement au système capitaliste, les salariés ont voix au chapitre, les coopératives offrent à leurs salariés une gestion plus humaniste : c’est la démocratie dans l’entreprise. Le mois de l’économie sociale et solidaire démontre que les Sociétés coopératives et participatives sont créatrices d’emplois et d’activités durablement ancrées sur nos territoires.

Déjà en 2017 les candidats à l’élection présidentielle avaient été interpellés sur la place qu’ils donneraient à l’économie sociale et solidaire. Le représentant d’Emmanuel Macron n’avait fait qu’égrener une liste de propositions sans réellement envisager un projet de transformation sociale. À l’heure où la cinquième vague de COVID menace, où le « monde d’après » n’est vu qu’au travers du prisme de la croissance du PIB, il serait peut-être temps d’envisager une vraie transformation économique et considérer l’économie sociale et solidaire comme élément moteur de cette nouvelle croissance.

Sur tous les territoires français des actions sont conduits tout au long du mois de novembre. Mine de talents y participe en organisant sur l’Occitanie divers évènements : le lundi 15 novembre 2021 à Uzès, « l’entreprise engagée », le jeudi 25 novembre 2021 au Vigan, « journée sur l’engagement » et le samedi 27 novembre « Comment l’Art se vit-il dans l’Entreprise ? » au Tiers Lieu 21 de Saint Quentin la Poterie. Ces diverses actions sont explicitées sur le site de la coopérative.



Catégories :Gard

Tags:,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :