Le Département lance une concertation pour associer les habitants au chantier du complexe hydraulique de Sainte-Cécile-d’Andorge et des Cambous

Pour partager ce projet avec le territoire, le Département du Gard a engagé une démarche d’information et de participation qui se déroule jusqu’au 31 juillet 2021.  L’objectif : expliquer pour mieux partager les enjeux du projet, la solution technique retenue, informer sur les études en cours… 

Cette concertation a débuté le 3 mai et se terminera le 30 juillet 2021. Deux réunions d’information et de participation sont prévues avec les partenaires et le grand public, sous forme dématérialisée. La date de la réunion publique est fixée le 27 mai prochain.

Cette phase de concertation préalable nourrira le dossier des approches d’Evitement-Réduction-Compensation qui doit être rendu le 31 juillet 2021. D’autres phases de concertation sont prévues tout au long du projet.

Dans ce cadre, le Département organise donc une réunion d’information avec le grand public :

Le jeudi 27 mai, de 18h30 à 20h30, en visioconférence :

Inscriptions jusqu’au 26 mai sur Gard.fr 

Le barrage de Sainte-Cécile-d’Andorge, un site majeur pour la bonne gestion des inondations

Après les catastrophiques inondations de 1958, le Département du Gard a lancé un vaste programme de protection contre les inondations avec la construction de 5 barrages, dont celui de Sainte-Cécile-d’Andorge.

Il a été achevé en 1967 sur le Gardon d’Alès. Il s’agit d’un barrage écrêteur de classe A de 45 m de hauteur et de 154 m de longueur en crête.

Sa principale fonction est l’écrêtement des crues. Lors d’événements pluvieux, il permet de stocker temporairement d’importants volumes d’eau et de diminuer les vitesses d’écoulement. Il contribue également au soutien d’étiage, notamment en période estivale.

 

Préparer l’avenir et anticiper les effets du changement climatique

En septembre 2002, un évènement pluvieux extrême ayant causé la mort de 22 personnes et provoqué plus de 800 millions d’euros de dommages matériels, a conduit le Département du Gard à engager une révision des études hydrologiques de ses barrages, dont celui de Sainte-Cécile-d’Andorge.

Après plus de 15 ans d’études et d’expertises avec toutes les parties concernées par le projet (Ministère, Préfecture, services de l’Etat, communauté d’agglomération, autres collectivités et entités concernées), une solution technique a été adoptée pour sécuriser l’ouvrage.

Bien qu’en parfait état d’entretien, il a été conclu que le barrage de Sainte-Cécile-d’Andorge, devait faire l’objet de travaux pour augmenter sa capacité d’évacuation de crue exceptionnelle (période de retour de référence retenue : 10 000 ans).

Fort de cette conclusion, une mise en cohérence de la capacité hydrologique du barrage des Cambous situé à son aval immédiat s’avère aussi nécessaire, les deux barrages formant un complexe hydraulique cohérent et interdépendant.

 

Le rôle spécifique des barrages

La construction des barrages départementaux écrêteurs de crue a été décidée suite aux inondations importantes de 1958. Le Département en assure l’exploitation et la maintenance, en période normale et en situation hydrométéorologique perturbée (crues, étiages), dans le respect des exigences réglementaires spécifiques et en veillant à une gestion durable et concertée de la ressource en eau.

Le maintien par le Département de missions relevant de la compétence GEMAPI :

La loi a transféré en 2018 la compétence de Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI) aux Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) et leurs Etablissements Publics Territoriaux de bassin (EPTB).

Le Département a décidé d’une nouvelle stratégie d’intervention en matière de GEMAPI qui se traduit par :

  • Une nouvelle politique pour une gestion durable de l’eau et des territoires.
  • Un dispositif financier d’aide à l’investissement en faveur de la GEMAPI.
  • La création d’un service public départemental de gestion des grands barrages.

 

Des travaux pour parer aux scénarios les plus extrêmes

Au regard des risques inondations, accentués sous l’influence du changement climatique, le Département du Gard a lancé des études de révision du barrage de Sainte-Cécile-d’Andorge. Bien qu’en parfait état d’entretien, il a été conclu que ce barrage devait faire l’objet de travaux.

Ces travaux consistent à renforcer la capacité d’évacuation du barrage de Sainte-Cécile pour être sûr de sa capacité à résister aux situations les plus extrêmes.

Ainsi, plus d’un demi-siècle après sa construction, l’ouvrage va faire l’objet d’une mise à niveau dans le cadre d’un programme destiné à anticiper tous les scénarios même les plus catastrophiques d’un épisode climatique exceptionnel ou extrême, c’est-à-dire qui aurait une chance sur 10 000, voire 1 chance sur 100 000, de se produire chaque année.

Ce projet s’inscrit dans le plan « Eau et Climat 3.0 » adopté en 2020 par le Département pour garantir l’adaptation du territoire aux enjeux du bouleversement climatique.



Catégories :Gard

Tags:, , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :