Projet de loi « climat… résilience » loin d’être à la hauteur des espérances… Alors on marche !!!

Le projet de loi « Climat… résilience » a largement été adopté en première lecture, hier au Palais Bourbon par 332 sur 577 voix. Pour le collectif « Nîmes en transition », il n’est pas à la hauteur des engagements de la France signataire de l’Accord de Paris 2015. De fait, à l’appel lancé par Alternatiba dès le 17 avril dernier d’une « Marche d’après », il est donné rendez-vous à aux citoyens le dimanche 9 mai prochain à 14 h 30 place de la Maison Carrée à Nîmes pour un cortège vers la préfecture du Gard, afin de réaffirmer la demande « Pour une VRAIE loi climat » et contre l’agro-chimie-industrie incarnée par Monsanto-Bayer dont l’événement national est appelé le 15 mai prochain.

Cette Marche citoyenne est ouverte à tous les collectifs et associations. Les syndicats, partis et autres acteurs politiques seront les bienvenus*.

Nîmes en transition explique cette marche et les raisons pour lesquelles, ils ne peuvent se satisfaire de ce projet de loi à la marge : « Comme lors de l’examen en commission à l’Assemblée nationale nombre d’amendements constructifs des oppositions « force de proposition » ont été déclarés irrecevables lors des séances plénières. »

 

Une loi à la petite semaine

En outre, le collectif rajoute que « l’examen du texte en « temps programmé » (45 heures), a privé de temps de parole les parlementaires « non inscrits » mais souvent experts du climat et de l’énergie, tandis que les forces économiques conservatrices imposaient via leurs lobbies leur écriture de la loi. Les spécialistes de l’environnement rapportent dans les médias un texte « avec quelques timides avancées » et déplorent surtout que « les mesures [de la Convention citoyenne pour le climat], reprises dans le texte [aient été détricotées], avec une moindre portée normative ». Pour les ONG,  cette dilapidation du temps parlementaire et cette surdité aux alertes des scientifiques et de la société civile : – aboutissent à des dispositions fades, peu contraignantes ou trop éloignées dans le temps malgré l’urgence climatique ;  assombrissent encore plus l’avenir des générations futures, face aux impacts du dérèglement climatique encore récemment qualifiés de « catastrophiques » par le climatologue Jean Jouzel, et – sont une grave atteinte à la démocratie représentative. »

 

Une loi Climat plus proche des milieux économiques que de la Convention citoyenne

Finalement, cette Loi Climat qui devait être, aux dires des plus hauts responsables de l’État, celle des habitants de ce pays, représentés dans leur diversité par les 150 de Convention Citoyenne pour le Climat, est devenue celle des milieux économiques, du Medef et de la Fnsea. Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas laisser faire ! Le 9 mai, marchons pour le Climat, pour une VRAIE Loi Climat !

 

Le Sénat dubitatif

Présenté le 10 février dernier à l’assemblée nationale le texte comportait 6 Titres et 69 articles, à l’issue de l’examen en plénière samedi 17 avril dernier il développe 218 articles et un 7e titre relatif aux « dispositions relatives à l’évaluation climatique et environnementale » a été ajouté. Ce jour le texte va être examiné par la Commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, que le Président vient de qualifier de « bavard » et « manquant d’ambition ». La chambre haute consulte « les élus de nos territoires, en première ligne de la transition écologique ». Le Sénat examinera le texte en séance publique à partir du 14 juin 2021.

 

 

*Il est demandé aux syndicats et aux partis politiques avec leurs visuels de figurer en queue de cortège et sans prise de parole hors celles de l’organisation.



Catégories :Gard

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :