May The Fourth Be With You

Aujourd’hui est une journée spéciale dans une galaxie très lointaine. Nous sommes le 4 mai, et chaque année c’est cette date qui est retenue par tous les fans de la saga Star Wars pour célébrer cet univers créé par George Lucas.

Le 4 mai est jugé comme un jour de fête par plusieurs fans de Star Wars et ceux-ci profitent de l’occasion pour célébrer les films de la série ainsi que sa « culture geek ».

 

Pourquoi le 4 mai ?

L’explication est simple surtout pour les anglophones. La célèbre phrase du film « Que la Force soit avec vous » dans sa version originale est « May the Force be with you ». Ce jeu de mots, n’a pas été inventé par des fans de Star Wars, mais par le parti conservateur anglais lors de l’élection le 4 mai 1979 de Margaret Thatcher en proclamant donc cette version transformée.

En 2011, le Toronto Underground Cinema organise une fête de la journée Star Wars à Toronto, au Canada. Organisées par Sean Ward et Alice Quinn, les activités comprenaient un concours de costumes, un jeu questionnaire sur la trilogie originale et une présentation des meilleurs films hommages, parodies, remix et autres mash-ups tirés du web. Le cinéma a organisé une deuxième édition le vendredi 4 mai 2012.

Depuis le rachat de Lucasfilm par Walt Disney Pictures et par conséquent de la licence Star Wars, le géant américain a sauté sur l’occasion pour en faire une fête nationale « Star Warsienne ». En parallèle des festivités et des rassemblements organisés par les fans, Disney organise toute une communication autour de la journée du 4 mai, avec par exemple des événements dans les parcs Disneyland.

 

L’importance de Star Wars pour les fans

La saga Star Wars, depuis la sortie d’Un nouvel espoir en 1977, est vraiment un cas à part dans l’histoire du cinéma. Parti de rien, George Lucas a surpris tout le monde avec un film auquel personne ne croyait. Pourtant il a ressorti du placard et dépoussiéré un genre pourtant déjà utilisé au cinéma, la Science-Fiction. Certes avant ce film, il y a eu l’adaptation cinématographique du livre à succès de Pierre Boulle La planète des singes avec comme vedette Charlton Heston ou bien plus tôt le très intéressant Planète interdite.

Saga la plus longue de l’histoire du cinéma occidental, Star Wars, rassemble, au minimum, trois générations : ceux qui ont découvert le film original en 1977 (et les épisodes V et VI), leurs enfants qui ont eu leurs Star Wars avec la prélogie au début des années 2000 (les épisodes I, II et III), et leurs petits-enfants qui ont maintenant leur trilogie bien à eux avec les épisodes VII, VIII et IX.

Star Wars permet le dialogue entre les générations. L’ennéade est un rassembleur intergénérationnel, empêchant ainsi les plus anciens de se déconnecter des réalités des plus jeunes, permettant aux nouveaux fans d’échanger avec leurs aînés sur un pied d’égalité. Disney l’a très bien compris puisque la dernière trilogie ne parle que de ça. D’héritage, de transmission, de retour aux sources et d’avancées nécessaires, mais tous ensemble.

La transmission d’une génération à une autre

Nostalgique et en même temps exigeant de nouveauté, le passionné de Star Wars est particulièrement intransigeant à certains moments. Il n’y a qu’à se rappeler du brouhaha à la sortie de La Menace fantôme (épisode I) et de l’incompréhension des fans face au personnage de Jar Jar Binks ou de l’immense déception autour des Derniers Jedi (épisode VIII) et le rappel de J.-J. Abrams le réalisateur de l’épisode VII pour conclure la saga Skywalker.

Jar Jar Binks

Star Wars marche avant tout avec l’aspect affectif du fan. Parce qu’il l’a accompagné la plupart de son existence, la saga est un repère capital dans sa vie culturelle et de consommateur.

De ce fait, la saga est responsable de beaucoup de ses premiers émois, elle a une valeur d’identification primordiale, c’est un conte de fées moderne qui touche directement à l’inconscient collectif de par les mythes qu’elle nous raconte et qui résonne aussi énormément sur notre fibre émotionnelle et nostalgique. Tout en transcendant les époques, les cultures et les milieux sociaux. Dire du mal de la saga, c’est dire du mal du passionné.

 

L’importance des fans dans l’univers Star Wars

Vivre pleinement une passion, c’est la nourrir constamment, par tous les moyens. Et George Lucas l’avait bien compris à l’époque quand il a négocié avec la Fox ses royalties sur les produits dérivés et non sur les recettes de la première trilogie. Immédiatement, Star Wars s’est imposée comme un monstre du merchandising.

La fanbase alimente volontairement cet univers. Au fond, même s’il râle, le fan de la saga veut que cela continue parce que cela lui permettra d’alimenter et d’approfondir sa passion. On en arrive à un pacte tacite entre le public et le studio, un accord implicite où, au fond, personne n’a le vrai pouvoir sur la saga. Un équilibre précaire, comme dans la Force, qui nécessite que chacun aborde sa passion avec mesure et justesse dans ses choix de consommation.

Au final, tout le monde s’y retrouve. Le studio engrange des fortunes et inscrit la marque dans les esprits les plus jeunes, aidés par la passion de leurs aînés, et les fans revivent leur innocence, leur enfance, en étant constamment connectés avec l’objet de leur passion initiale. Le succès sans contestation de The Mandalorian qui a aidé Disney à lancer la commercialisation de sa chaîne Disney+ le prouve. Le fan répondra toujours à l’appel de la Force et de la nouveauté.

Combien de peluches, jouets de Grogu, nommé avec affection par les fans « Baby Yoda », se sont vendus lors de Noël dernier.

Grogu, affectueusement nommé « Baby Yoda » par les fans

Mais au-delà de l’aspect uniquement mercantile, les fans cherchent aussi à partager leur passion pour Star Wars au plus grand nombre. Cela peut passer par bien des médias : un site internet, un podcast, des chroniques vidéos, des expositions. Cette communauté crée énormément de contenu à but purement informatif. Et ce contenu est souvent aussi détaillé que de qualité !

Chaque site a ses domaines de prédilection, et les communautés spécialisées qui en résultent s’entremêlent les unes aux autres pour faire de la communauté Star Wars une communauté incroyablement riche en experts de tous les domaines. Que vous souhaitiez vous lancer dans la découverte de l’univers Star Wars comme dans la collection d’une obscure série de vaisseaux spatiaux de la franchise, vous trouverez toujours des fans pour vous renseigner !

Étant donné l’ampleur de la communauté, il fallait bien leur donner un terrain pour se rencontrer. En France, chaque année, on en compte une demi-douzaine de sorties ou de conventions généralement dénommées « Celebration ». Il s’agit de véritables fêtes pour rencontrer des fans du monde entier, les acteurs et auteurs qui font vivre la licence, voir des dizaines de personnes costumées se balader dans les décors des planètes de la saga, participer à des concours de connaissances sur l’univers, échanger ou acheter tel objet de collection qui manque… Et comme tout ceci part d’une saga à grand spectacle, il n’est pas rare que les organiseurs des conventions fassent dans le spectaculaire !

Des fans de Star Wars

Difficile donc de schématiser une figure de fan. Star Wars le met face à un étrange paradoxe, où ils sont soumis aux décisions d’une corporation toute-puissante tout autant qu’ils possèdent dans leurs mains le pouvoir et les clés de la saga.



Catégories :La dernière séance

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :