La BD « Les sortilèges de Zora – Tome 1 – Une sorcière au collège » : Premier tome d’un diptyque plein de sorcellerie !

Le thème de la sorcellerie a été ces dernières années absorbées par les aventures de Harry Potter au travers des romans de J. K. Rowling et de leurs adaptations cinématographiques. Pourtant c’est un sujet souvent abordé y compris dans l’univers de la bande dessinée.

Qu’il soit méchant, ou a contrario gentil, cet univers a toujours enchanté les lecteurs. Qui n’a jamais rêvé de jeter un sort sur un individu désagréable ou d’offrir un magnifique bouquet de fleurs à sa maman grâce à un tour de magie.

 

La malicieuse Zora

Zora est une pétillante sorcière de 12 ans qui vit, avec sa grand-mère Babouchka, sur le toit d’un immeuble parisien. Victimes de la chasse aux sorcières, elles ont trouvé refuge dans une étrange maison, invisible aux yeux des non-sorciers et entourée d’un immense jardin magique qui les protège de tous dangers.

La vie pourrait être douce mais entre la jeune fille et son aïeule : c’est la guerre. Babouchka n’aspire qu’à une chose que sa petite fille ait une vie normale, une vie dans le monde des non-sorciers. Zora refuse de céder, elle, ce qu’elle veut, c’est être une sorcière ! Partir à l’aventure, sauver le monde, avoir une existence survoltée pleine de monstres, de périls et de dangers !

Malheureusement, sa grand-mère use de ses pouvoirs pour l’envoyer, contre son gré, au collège du coin… Loin des sortilèges et des potions, Zora découvre les histoires d’amitié, le besoin d’indépendance, les moqueries des camarades, les élans amoureux.

Mais ces nouvelles expériences ont un prix que Zora n’est pas prête à payer : la magie. Une attitude qui risque de mettre en danger toute la communauté des sorcières…

 

La thématique de l’adolescence sous le prisme de la sorcellerie

En abordant avec délicatesse et humour les questions de la différence et de la transmission, Les sortilèges de Zora forment un récit merveilleux aussi attachant qu’intelligent. Avec des dessins très colorés, des personnages attachants en commençant par l’espiègle petite sorcière et sa découverte du monde aussi terrifiant des non-sorciers, des sentiments alors méconnus d’une petite sorcière telle que la tristesse ou l’amour, c’est aussi l’occasion de brosser toutes les palettes d’émotions que peuvent vivre de jeunes adolescent(e)s en rentrant au collège.

Les graphismes sont simples mais très efficaces pour décrire également la vie d’une enfant de douze ans, pleine de vie, de mouvement et d’espièglerie.

Les textes sont également très simples, suffisants à la compréhension de l’histoire avec un scénario qui va crescendo jusqu’à un bouquet final qui prépare les lecteurs pour le deuxième tome.

 

Une scénariste spécialisée en sorcellerie

Judith Peignen commence sa vie professionnelle en vendant des BD sur un stand au festival d’Angoulême. Ce qui l’a conduit irrémédiablement à lire tous les albums qui étaient dans les cartons plutôt que les grands classiques de la littérature ou la presse économique… Après des études de journalisme, elle devient donc rédactrice en chef du magazine Les P’tites Sorcières chez Fleurus Presse. Elle passe alors une douzaine d’années à inventer des gags de poisson d’avril et autres récréativités déconcertantes pour n’importe quel adulte et à écrire les scénarios de Tartine, pour Je lis des histoires vraies. En 2013 et jusqu’en 2018, elle scénarise Théa la cavalière pour les éditions Vents d’Ouest.

Judith Peignen

 

Une graphiste et illustratrice spécialisée dans la jeunesse

Ariane Delrieu est une graphiste et illustratrice diplômée des Beaux-Arts de Caen et titulaire d’un Master en Lettres Modernes. Elle réalise ses premiers travaux pour l’édition à partir de 2011 et dessine principalement pour le monde de la jeunesse avec des ouvrages édités chez Albin Michel Jeunesse, Auzou ou Play-Bac. Pour le médium bande dessinée, elle réalise 2016 les dessins de Le Pass’Temps chez Jungle en 2016. Le trait souple et vif d’Ariane Delrieu, ses univers riches, facétieux et colorés rendent ses dessins et ses personnages particulièrement attachants.

La bande dessinée « Les sortilèges de Zora – Tome 1 – Une sorcière au collège » paraît le 5 mai 2021 aux éditions Vents d’Ouest dans la collection Jeunesse et comprend 56 pages.

Un agréable moment de lecture dans un monde enchanté ou le réel et la magie doivent apprendre à cohabiter.



Catégories :BD

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :