Hommage : le Père Grégoire n’est plus

Il est des hommages que l’on n’aimerait pas avoir à rendre ; ce soir c’est une paroissienne, une de ses anciennes animatrices de cathé, plus que la rédactrice du petit Gardois qui écrit, très triste.

Chapka toujours vissée sur la tête été comme hiver car il n’aimait pas avoir froid aux oreilles ; bon vivant, il aimait manger, ce qui lui valait de gentilles moqueries de la part des animatrices et des sœurs qui l’accompagnaient lors des retraites de communions, le père Grégoire était une figure locale respectée et appréciée.

C’était surtout un homme bon quand il avait permis à une petite fille de faire sa profession de foi, debout en déambulateur, faisant en sorte qu’elle se sente comme tout un chacun, elle qui a douze ans venait juste d’apprendre à marcher. C’étaient ces petites attentions de chaque jour, son accent chantant, sa bonhomie, sa capacité à se souvenir du nom de ses enfants en préparation de communion, qui faisait du Père Grégoire un homme de cœur qui se faisait aimer de ses paroissiens.

 

Accueillir l’autre comme l’on accueillerait un frère

C’est aussi lui qui voyant la communauté laotienne de Bouillargues, avait été au-devant d’eux et mis en place une cérémonie spécifique pour ses ouailles et qui n’hésitait pas à dire aux autres de ses paroissiens « vous les voyez travailler aux champs, mais les regardez-vous seulement ? »

Cet homme de Foi prenait du temps à la sortie de la messe pour offrir un petit moment à ses paroissiens, serrer la main à chacun avec toujours un petit mot comme s’ils faisaient partie de sa propre famille.

Il s’investissait aussi dans la messe (le sacrement) des malades auquel il tenait particulièrement.

 

Une vie à servir le Seigneur

Enfant du pays, Bernard Grégoire était né à Montfrin le 17 juillet 1946 et avait été ordonné prêtre le 5 mai 1974.
Il fut d’abord nommé vicaire à Saint-Gilles puis, en 1977, vicaire à la paroisse Saint-Charles de Nîmes.
En 1984, il devient curé de Saint-Hilaire-de-Brethmas et en 1990 « en outre » curé de la paroisse Sainte Bernadette à Alès.
Il rejoint l’ensemble paroissial de Bouillargues, où il est nommé curé, en 2002 à la suite de quoi il est nommé administrateur de l’ensemble paroissial de Manduel – Redessan en 2013.
Il était aussi Conseiller spirituel de la Légion de Marie depuis 2006 (Mouvement qui, dans notre diocèse, s’est éteint).

Atteint par la Covid-19, le Père Bernard Grégoire avait été hospitalisé quelques jours. Revenu au presbytère de Bouillargues, il y est décédé ce mercredi 17 février.

Ce soir ses paroissiens, ses animatrices et animateurs se sentent orphelins de Père, il laisse derrière lui une plaie béante pour tous ceux qui l’ont côtoyé.

Ses funérailles seront célébrées samedi 20 février 2021 en l’église de Bouillargues à 10 heures dans le strict respect des mesures sanitaires.



Catégories :Gard

Tags:, , , , ,

4 réponses

  1. Un très bon prêtre un grand confesseur avons nous perdu! paix à son AME
    Grand Merci Père GREGOIRE!!

  2. J’ai envoyé un message de condoléances sur le site des pompes funèbres Carrare mais n’étant pas une pro d’internet je n’ai pas réussi à avoir la confirmation que ce message était bien parvenu à destination
    Je renouvelle donc mes condoléances à la famille dans la peine et l’assure que je garderai du Père Grégoire un excellent souvenir

  3. Une belle personne un bon prêtre qui a baptiser mes petits enfants et communier ma fille. Paix en son âme.

  4. c est grâce a lui que j ‘ai eu ma foi il a fait mon baptêmes et ma premier communion et la deuxième communion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :