La BD « Notre-Dame de Paris – La nuit du feu » : l’incendie qui faillit détruire la cathédrale raconté en bande dessinée

Tout le monde se souvient de ce terrible incendie comme tout le monde se souvient de l’écroulement des tours jumelles à New-York. Heureusement la bâtisse catholique, l’un des monuments les plus visités de Paris a résisté aux flammes de l’enfer.

Grâce à une magnifique coordination des services de l’État, des sapeurs-pompiers venus des quatre coins de l’Ile de France et de la stratégie validée jusqu’au plus haut sommet de l’exécutif, le drame a pu être évité, les reliques sauvées et la structure est restée debout.

Devant des badauds, des touristes, des parisiens attristés de voir un monument de la religion catholique mais également un monument culturel glorifié entre autres par Victor Hugo, grâce à la volonté de tous les protagonistes agissant contre cette incendie de ne pas être ceux qui auront fait écrouler Notre-Dame, le miracle a eu lieu.

Arnaud Delalande le scénariste en collaboration avec Yvon Bertorello, Cédric Fernandez au dessin et Franck Perrot à la colorisation, le lecteur va pouvoir découvrir ce qu’il s’est passé cette nuit si particulière, comment les hommes du feu ont déployé tous les moyens à leur disposition pour combattre pour certains le feu d’une vie, et comment les élus de la République ont réagi au fur et à mesure de l’évolution de l’incendie. Enfin grâce à des recherches, le lecteur découvrira comment Notre-Dame a été construite, comment la Sainte-Couronne a été achetée, comment ce bâtiment a traversé les époques pour devenir l’un des emblèmes de Paris, de la France mais également du monde entier.

 

Notre-Dame de Paris – La nuit du feu

Paris, le 15 avril 2019. Vers 18 h 20, un feu démarre sous la charpente de Notre-Dame de Paris. Une demi-heure plus tard, l’incendie se généralise à l’ensemble de la cathédrale. Et malgré l’intervention acharnée et héroïque des pompiers, l’impensable finit par se produire : la flèche, œuvre de l’architecte Viollet-le-Duc, s’effondre dans un déluge de débris, de fumée et de flammes. Les yeux du monde entier assistent alors, impuissants, à ce qui pourrait devenir la destruction en direct de l’un des plus grands fleurons du patrimoine de l’Humanité.

 

À travers cette bande dessinée, le lecteur revivra heure par heure les circonstances du drame et tentera de mieux comprendre. Par touches, il revivra également les moments clés de la construction de Notre-Dame et plongera au cœur de l’histoire de ce monument, qui reste l’un des plus visités au monde à l’heure actuelle.

La bande dessinée se lit comme un fil d’actualité comme tous les Français ont pu suivre sur les chaînes de télévision, l’évolution de l’incendie. Ce n’est pas une enquête pour découvrir ce qui a déclenché l’incendie mais juste un regard posé instant par instants sur les décisions prises par tous les acteurs engagés contre la lutte de cet incendie et contre le temps. Tout cela émaillé de flash-back historiques sur des parties de la cathédrale ou des éléments qui la composent. Seul petit bémol, le grand orgue n’est mentionné que dans la partie historique et a aucun moment dans la partie de l’incendie alors qu’il était l’un des centres de préoccupation des personnes travaillant quotidiennement dans l’édifice mais également des catholiques suivant régulièrement la messe en ce lieu.

Les dessins se veulent sobres car les circonstances l’exigent tout simplement. Le visage des protagonistes est parfaitement reconnaissable à part pour le corps de métier des pompiers. Les auteurs expliquent en tout début du livre que c’est une volonté de leur part de mettre en avant l’action de ces centaines de conquérants du feu, plutôt que de stigmatiser telle ou telle personne. Arnaud Delalande explique notamment : « En dehors, principalement, des officiers supérieurs dirigeants les opérations, nous avons considéré les pompiers comme un corps combattant sans pouvoir toujours rendre grâce à l’action de chacun ».

Il est intéressant aussi de découvrir à travers cet ouvrage, des métiers spécifiques chez les pompiers comme « le croqueur de feu » ou d’apprendre également que les jeunes débutants sont surnommés les « Piafs », surnom affectueux donné aux jeunes qui viennent d’intégrer la brigade.

 

Un dossier historique en fin d’album

Après la dernière image qui est celle de la construction de la flèche par l’architecte Eugène Viollet-le-Duc en 1843 qui est en fait le dernier changement qu’a connu la grande bâtisse catholique.

Le dossier historique de huit pages est réalisé par M. Jean-Pierre Cartier, historien et maître des cérémonies de Notre-Dame.

Dans un premier temps l’auteur de ce dossier se focalise sur la naissance de la cathédrale puis sur les différents ornements architecturaux qui la composent aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur.

Ensuite le dossier explore les grandes heures du monument à travers l’Histoire de France pour conclure sur un volet plus catholique en évoquant qu’elle est consacrée à la Vierge Marie.

Ce dossier est très bien documenté avec des images, des gravures, des photos et complète parfaitement la bande dessinée.

Réalisée en soutien de « La fondation Notre-Dame » à qui sera reversé 1 € pour chaque album vendu.

En plus de faire une bonne action, en lisant cette bande dessinée vous en découvrirez un peu plus sur l’un des drames qui secoua la France en 2019. N’hésitez pas à la commander chez votre libraire ou bédéiste, elle est disponible depuis le mois de novembre dernier chez les éditions Glénat et comprend 64 pages.



Catégories :BD

Tags:, , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. La BD « Notre-Dame de Paris – La nuit du feu » : l'incendie qui faillit détruire la cathédrale raconté … | Notre-Dame de Paris

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :