Collectifs et associations et partis politiques appellent à manifester le 25 novembre contre les violences faites aux femmes

Mercredi 25 novembre, à l’occasion de la 21e journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles un appel à manifester est lancé par le collectif Fénîmistes ! à 18 h 30 devant le palais de Justice de Nîmes.

Le collectif soutenu par ATTAC 30, la CNT 30, Ensemble, femmes solidaires, la FSU 30, Génération-s, EELV,  La France Insoumise, la ligue des droits de l’homme, Nous Toutes 30, le PCF du Gard, le PS du Gard et l’union syndicale Solidaires du Gard, donne rendez-vous à tous et toutes au tribunal de Nîmes à 18 h 30, et appelle tous ceux et toutes celles qui veulent en finir avec ces violences à une action symbolique pour exprimer leur détermination et faire entendre leurs voix et leurs revendications.

Cette année plus que les autres, les collectifs tiennent à souligner que malgré le Grenelle sur les violences intrafamiliales, les moyens mis en œuvre demeurent insuffisants. En outre, le confinement de mars à mai a augmenté de manière significative le nombre de cas de violences au sein des familles. Enfin, les violences sexuelles et sexistes perdurent dans une espèce d’indifférence générale et que le corps de la femme est « encore et toujours contrôlé par le patriarcat institutionnalisé. »

 

Des revendications nombreuses pour contrecarrer ces violences faites aux femmes

Pour lutter contre ce fléau, les collectifs exigent de la part des pouvoirs publics :

  • De la prévention et de la formation obligatoires et systématiques à l’école pour une éducation non sexiste, ainsi que des campagnes de communication nationales pour lutter contre les stéréotypes de genre ;
  • Une réelle égalité professionnelle (accès à l’emploi, temps de travail, carrière, salaires, retraite) pour permettre aux femmes une indépendance économique ;
  • Une obligation pour les entreprises et les administrations de prévention et de traitement du harcèlement et des violences sexistes et sexuelles sur les lieux de travail ;
  • Un accès à la contraception et à l’IVG pour toutes et dans tous les territoires ;
  • Des moyens pour lutter contre les violences faites aux femmes à hauteur d’un milliard d’euros : formation des professionnels à accueillir la parole des victimes, à détecter les violences et à réagir efficacement, financement renforcé des associations d’aide aux femmes victimes, ouverture de places d’hébergement d’urgence et pérennes et augmentation des moyens de prise en charge matérielle et psychologique pour les victimes, accélération des procédures judiciaires d’éloignement pour les conjoints violents.

Infos pratiques :

Le dress code retenu pour ce rassemblement est noir et violet.

 



Catégories :Gard, Société

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :