Test de « Project Cars 3 » : Bandai Namco a tout compris

Dans l’univers vidéoludique, il est parfois très difficile de se faire une place, tant la concurrence est rude. Dans la niche que représentent les courses automobiles dites « Grand Tourisme », les deux constructeurs de consoles, au travers de leurs studios se livrent la même bataille que celle pour vendre leurs bécanes. Difficile de s’imposer face à un Sony avec sa licence Gran Turismo et face à un Microsoft avec sa licence Forza. Pourtant un éditeur essaye depuis maintenant trois ans de concurrencer les deux mastodontes. Les deux premiers opus n’étaient pas forcément de taille à se mesurer aux deux géants de l’industrie du jeu vidéo. Alors cette année, pour son troisième opus, c’est-à-dire Project Cars 3, Bandai Namco a pris un tournant décisif et fait la différence sur ses adversaires, l’éditeur les a doublés sur la ligne d’arrivée.

Un mode carrière complet

Le mode carrière a été entièrement remanié et invite les joueurs à acheter, collectionner, personnaliser et améliorer leurs voitures pour la première fois dans l’histoire de la franchise.

Menu principal

 

Personnalisation : elle a de l’allure la voiture du Petit Gardois

 

La salle d’exposition pour faire ses courses. Oups ! Je n’ai pas assez d’argent.

 

Les options pour améliorer sa voiture

Les joueurs peuvent améliorer plusieurs parties de la voiture, mais attention de ne pas dépasser le niveau « Road » pour continuer à progresser dans le mode carrière.

Menu du Mode Carrière

Tout est fait pour que le joueur progresse à son rythme dans le mode carrière. Au début, vous évoluez sur les « Road E » avant de monter en catégorie en réussissant tous les défis dans une course et tous les défis d’une région.

Mode Carrière : les courses

Le coup de Maître de Bandai Namco c’est d’avoir permis aux joueurs d’ajuster pour chaque course sa propre difficulté ainsi que celle de l’IA. Les courses sont ainsi plus accessibles, que vous soyez amateurs ou e-sportif chevronné.

Il est ainsi plus facile de monter sur le podium.

Et c’est la victoire pour le petit Gardois !!!

De la sorte on acquiert des distinctions toujours dans le but de s’améliorer.

Exemples de distinctions

De plus, grâce à des aides basées sur le monde réel et adaptées, comme les virages à la corde ou les points de freinage, repérables par des balises disposées à des points clés du circuit, les joueurs de tous niveaux peuvent s’épanouir dans le jeu, avec une maniabilité des voitures plus précises.

Aides à la conduite

Bien évidemment, tout ce qui fait le charme des courses automobiles est également présent dans le jeu comme la conduite de nuit, effets de lumière (coucher de soleil), sous la pluie, météo changeante, en montée, des virages en épingles etc.

Enfin dans le mode carrière des défis sont disponibles.

Les défis dans le mode carrière

 

Et voilà à quoi cela ressemble

Il s’agit pour résumer de remporter à chaque échelon les 12 défis pour arriver au titre de meilleur conducteur de tous les temps.

En tout ce sont plus de 200 illustres voitures de course et 120 circuits différents répartis dans le monde entier qui sont jouables. Mais pour les posséder tous et réussir tous les défis, il faut gagner des crédits et de l’XP. Ensuite le monde vous appartient.

 

Le mode multijoueur n’est pas en reste

Des défis quotidiens, hebdomadaires et mensuels sont également présents dans le mode multijoueur et viennent s’ajouter à l’expérience de jeu contre des rivaux ou en mode « multijoueur », dans le but de gagner toujours plus d’XP.

Des défis dans des épreuves programmées permettent aux joueurs de gagner de l’XP

 

Trois types de courses sont jouables contre des rivaux pour déterminer son niveau en ligne

Cependant, il est toujours possible de rejoindre un salon pour disputer une partie en ligne, mais un conseil, il faut déjà avoir un bon niveau pour se mesurer aux autres joueurs car sinon les secondes qui vous séparent des autres concurrents à la victoire vont s’accumuler comme des petits pains. On ne conduit pas une Ferrari comme une Mitsubishi.

Le mode Multijoueur

 

Conclusion

Project Cars 3 dépasse ses aînés, haut la main, et devient la simulation ultime de course automobile GT à posséder pour de multiples raisons. La première est la richesse du mode carrière et la facilité dans laquelle les joueurs peuvent entrer dedans et s’approprier le jeu très facilement. La seconde et selon moi la plus importante, c’est qu’a contrario de Gran Turismo ou de Forza, cet opus est accessible pour tous les joueurs quel que soit leur niveau, et ça, c’est du pur plaisir. Finis les interminables permis à passer ou les tutoriels difficiles. Enfin aucun joueur n’est mis sur la touche, que vous préfériez jouer en mode solo ou en mode multijoueur il y en a pour tous les goûts. En prenant à revers ses concurrents, Bandai Namco installe son titre sur la plus haute marche du podium. Foncez l’acheter, vous ne serez pas déçu. Avec F1 2020, c’est mon coup de cœur de l’année au niveau des courses automobiles.



Catégories :Jeux vidéo

Tags:, ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :